Le Vaucluse à l’orée d’un second souffle économique

0

Malgré quelques indicateurs économiques en berne, le Vaucluse revendique plusieurs secteurs dynamiques comme l’agroalimentaire ou le tourisme en plus d’atouts naturels incontestables. Alors que l’emploi qualifié y est peu représenté, le numérique et l’aéronautique pourraient bien inverser la tendance à l’avenir.

Avec un niveau de chômage qui s’élève à 14 % ou encore un des taux de diplômés le plus faible de l’Hexagone,

laurent-hubert

Laurent Huber

le tableau économique du département n’est pas forcément réjouissant, constate Laurent Huber, directeur de la communication à la Chambre de Commerce et d’Industrie de Vaucluse. Mais sa position géographique, carrefour entre le Nord et le Sud (A7), l’Ouest et l’Est (A9), en fait un nœud stratégique tandis que son climat est un atout indéniable. Le département n’est pas encore au niveau qui pourrait être le sien au regard de ses forces ».

Secteurs porteurs

Sur place, le secteur agroalimentaire emploie plus de 20 % de la population active.

Que ce soit en matière de production de fruits et légumes ou de produits du terroir comme de la transformation ou du conditionnement, le département est très performant »

commente Laurent Huber.

Parmi les acteurs de premier plan : McCormick, leader mondial dans son domaine, qui a choisi Avignon et Carpentras pour s’y développer ou encore, les technopoles Agroparc et Terralia à Avignon. Classé au premier rang français pour la fabrication d’huiles essentielles, le Vaucluse compte un pôle de référence dans le domaine de l’extraction végétale : France Eco-Extraction. La cosmétique est ainsi devenue une filière d’avenir qui regroupe des compétences de la plante au produit fini. Autant d’activités qui drainent des besoins en logistique.

Autre pôle important, le tourisme sous toutes ses formes qu’il soit œnologique dans la Vallée du Rhône, sportif dans le Lubéron ou le Ventoux et bien sûr, architectural ou culturel à Avignon.

Le Vaucluse est en train de développer son offre en matière de tourisme de masse avec notamment la création du parc Splashworld à Monteux. »

Enfin, l’économie créative du numérique, notamment autour du patrimoine et du spectacle vivant qui dénombre plus de 5 000 emplois, est elle aussi ancrée dans le territoire fort de la labellisation d’Avignon « french Tech culture ».

Profils recherchés

L’agroalimentaire plébiscite les ingénieurs agronomes alors que les métiers de la vente se tournent vers les profils de commerciaux.

Le Vaucluse est le département de France qui compte le plus grand nombre de m² de grandes surfaces par habitant »

relève Laurent Huber.

Dans le secteur privé, Auchan en est le premier employeur. Les domaines de la culture et du tourisme engendrent pour leur part des besoins sur des profils saisonniers et bien ciblés : métiers de bouche et de l’hôtellerie, intermittents du spectacle. L’aéronautique, même moins représenté qu’ailleurs en Région Paca, créera plusieurs centaines d’emplois à l’horizon 2018 au travers surtout du Technopole de sécurité aéronautique Safe et ses 600 acteurs dont 60% de PME. Ce pôle en croissance attire des profils qualifiés dans l’ingénierie comme des techniciens.

Ou d’autres à la croisée du monde artistique avec le fort développement du drone »

témoigne Laurent Huber.

Projets à venir

Parmi les projets d’envergure : la construction du parc Spirou à Monteux dont le démarrage est prévu au printemps 2017.

Dessein qui devrait faire monter en puissance le tourisme de masse pour des séjours plus longs. Cela suscitera la création de nouveaux parcs hôteliers et de restaurants »

A noter aussi la réalisation du tram d’Avignon, qui aurait dû débuter en 2013.

Les entreprises vauclusiennes l’attendent avec impatience. On estime qu’il pourrait créer des centaines d’emplois et en préserver des centaines d’autres. »

 

Réagissez !

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Vérification de sécurité * Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.