C’est quoi être cadre en 2017 ?

0

cadres-2017Si dans les années 30, le statut cadre était la résultante d’un parcours de carrière réussie, force est de constater que les temps ont depuis bien changé…
En 2017, près d’un cadre sur deux débute en effet sa carrière avec ce statut. Mais alors, que signifie être cadre aujourd’hui ? Ses responsabilités et son niveau d’expertise ont-ils également évolué ? Un cadre doit-il toujours encadrer ?

Focus.

Cadre, mode d’emploi

Contrairement à ce que l’on pourrait penser, le statut cadre n’est pas défini en tant que tel par un texte officiel. Ce statut ne se résumerait-il alors qu’à des cotisations à un organisme de retraite spécialisé ? Evidemment non. Un cadre est un salarié qui a pour responsabilité de mettre en œuvre les orientations stratégiques d’une entreprise et d’une administration. Il porte à la fois les projets de l’entreprise et est capable d’organiser autour de lui, à l’aide de ses collaborateurs, les conditions nécessaires pour atteindre les objectifs et les orientations préalablement fixés. C’est à la fois un animateur, mais c’est également quelqu’un qui est capable d’organiser de manière autonome son temps de travail et la manière dont il doit atteindre ses objectifs.

Un cadre est-il toujours un manager ?

Selon une étude réalisée par le cabinet Elabe pour l’Apec (2016), l’encadrement demeure un marqueur fort des cadres dans l’entreprise, et ce quel que soit son mode d’organisation, puisque 67 % des cadres ont une fonction d’encadrement. Mais cette réalité recouvre une grande diversité de mission puisque 44 % des cadres encadrent avec un lien hiérarchique, tandis que 29 % le font en mode projet.

Anne-Florence Quintin

Anne-Florence Quintin

En tant que groupe social, il est évident que la « catégorie Cadres » est de plus en plus diverse, entre ceux qui ont un métier relevant de l’expertise sans toujours être en position d’encadrant et ceux qui managent. Rien n’interdit que des non-cadres encadrent des cadres experts, et même si cela est rare, nous pouvons l’observer parfois dans quelques entreprises »,

analyse Anne-Florence Quintin, déléguée générale au sein de l’Observatoire des cadres et du management.

Expert ou polyvalent, telle est la question…

Le cadre se caractérise par son expertise déterminante dans l’évolution de l’entreprise.

Eric Péres

Eric Peres

Le cadre engage sa responsabilité sur le choix d’une méthode, d’un projet ou d’une orientation, et ce choix peut avoir des répercussions très nettes sur le chiffre d’affaires ou l’image de l’entreprise »

met en avant Eric Peres, secrétaire général de FO-Cadres.

Si le cadre est un expert de son secteur, il se doit également aujourd’hui plus que jamais d’être polyvalent. Il ne peut plus en effet rester cantonné au cœur de métier qui est le sien s’il souhaite occuper une place importante au sein de l’entreprise et envisager une progression. Difficile d’imaginer un cadre isolé dans son bureau, ayant simplement une délégation d’autorité : ce dernier doit coopérer et faire coopérer, et dans cette optique, il est obligé d’aller chercher d’autres ressources que celles qui lui ont été enseignées dans le cadre de ses diplômes ou de la formation continue. Le cadre doit intégrer la réalité de l’entreprise, mais aussi prouver sa capacité à travailler avec d’autres.

C’est avant tout un animateur et un salarié qui doit être capable de coopérer dans l’entreprise avec l’ensemble des parties prenantes. Ce sont des compétences que l’on acquiert au fil du temps et non sur les bancs de l’école », ajoute Eric Peres.

De l’hyperconnexion au droit à la déconnexion

Dans une étude de l’Apec datée de février 2014, les cadres interrogés pointaient la dématérialisation et la connexion permanente comme principales évolutions de leur organisation de travail. 89 % des cadres interrogés reconnaissent ainsi que les nouvelles technologies de l’information et de la communication ont pour conséquence de les faire « travailler hors les murs de l’entreprise ». 10 % des cadres avouent même ne plus pouvoir se déconnecter totalement. Une problématique sur laquelle ont planché les rapporteurs de la loi El Khomri. Afin d’assurer le respect des temps de repos et de congés ainsi que la vie personnelle et familiale, l’article 25 de la loi Travail a créé un « droit à la déconnexion », applicable à compter du 1er janvier 2017.

Je pense qu’il est essentiel de répondre aux craintes des cadres en promouvant au quotidien des organisations de travail plus collaboratives et horizontales. La bonne mesure de l’autonomie du cadre en est une clé essentielle », relève Anne-Florence Quintin.

Le statut cadre est-il menacé ?

Si aujourd’hui peu de salariés se définissent encore à travers le statut cadre, 72 % des cadres y restent pourtant profondément attachés. S’il semble avoir perdu de sa superbe en raison d’une certaine banalisation, le statut cadre ne devrait donc pas être en voie de disparition dans les années à venir.

« Au contraire, une meilleure reconnaissance et une véritable définition du statut cadre sont aujourd’hui fondamentales pour réussir l’entreprise de demain », conclut le secrétaire général de FO-Cadres.

 

Réagissez !

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Vérification de sécurité * Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.