Et si le Big data était la solution au chômage ?

0

À l’image de notre société, le secteur du recrutement n’a cessé d’évoluer ces dernières années. Alors que les réseaux sociaux sont devenus aujourd’hui une ressource incontournable pour les recruteurs dans la quête de leur futur candidat, l’exploitation des données n’échappe pas à la règle. Mais, si l’usage d’outils Big data appliqués au recrutement et à la gestion RH est sans nul doute promis à un bel avenir, peut-on considérer cette collecte de la donnée comme le moyen efficace de fluidifier le marché de l’emploi ?

La réponse en débat avec deux experts du sujet qui ont accepté de confronter leur point de vue.

Oui. Un outil efficace pour fluidifier le marché

Yves Eychenne

Yves Eychenne

En raccourcissant les délais de recrutement et en les optimisant, les outils de Big Data permettent ainsi de fluidifier le marché »

Yves Eychenne, auteur d’un livre intitulé « La Révolution Big Data » paru aux éditions Dunod.

Pour Yves Eychenne, l’efficacité du big data sur le marché de l’emploi n’est plus à démontrer. Preuve en est de la récente acquisition de la plateforme Linkedin par le géant de l’informatique Microsoft pour 6 milliards de dollars, démontrant ainsi la valeur ajoutée de ces réseaux sociaux dédiés aux professionnels.

Si l’on met le plus souvent en lumière le taux de chômage en France, il ne faut pas en oublier pour autant que le marché de l’emploi est un marché très dynamique.

Il y a environ 2 millions de créations et de destructions d’emplois par an, soit un nombre considérable de postes à combler chaque année », souligne Yves Eychenne.

Un phénomène créant ainsi un trafic et une demande très forte au sein des entreprises en recherche du candidat idéal. La multiplication des profils sur les réseaux sociaux professionnels est donc un véritable atout, aussi bien pour le recruteur que pour le candidat. Il est ainsi plus simple de s’assurer de l’adéquation entre la nature d’un poste et un profil de candidat.

Outre ces réseaux sociaux professionnels, on voit apparaître de nouveaux concepts de plateformes utilisant la technologie Big data. Sur le même principe qu’un Airbnb pour la location d’un logement, une plateforme comme Indeed fait aujourd’hui de plus en plus parler d’elle sur le marché de l’emploi. Ces nouvelles plateformes particulièrement pertinentes utilisent le Big data et permettent aux recruteurs et aux futurs recrutés de trouver la perle rare en toute sécurité et ce, de manière beaucoup plus rapide.

En raccourcissant les délais de recrutement et en les optimisant, les outils de Big data permettent ainsi de fluidifier le marché », conclut Yves Eychenne.

Force est de constater que même Pôle emploi utilise désormais cette technologie pour améliorer la mise à disposition des bons candidats auprès des entreprises.

Non. Un rôle de transparence, pas de fluidité

Killian Bazin

Killian Bazin

Ce n’est pas parce qu’un employé va s’inscrire sur des réseaux sociaux et qu’il aura accès à pléthores d’informations sur les autres sociétés qu’il choisira forcément de quitter la sienne plus rapidement »

Kilian Bazin, directeur général de Toucan Toco.

Si Kilian Bazin, reconnaît que le Big data représente une véritable révolution culturelle pour le marché du recrutement, il n’est en rien une révolution technologique.

Il n’y a pas eu de véritables fractures dans les technologies utilisées, mais depuis quelques années, nous assistons à une réappropriation de la donnée par tous les secteurs de l’entreprise », rappelle le directeur général de Toucan Toco.

Ainsi, si le Big data et tous les nouveaux services apparus sur le web ces dernières années à l’image des réseaux sociaux, représentent de nouveaux canaux de recrutement et de nouvelles façons de rentrer en contact, ils n’en sont pas pour autant une sorte de panacée qui rendrait tous les postes plus accessibles. Il est donc tout à fait simpliste de croire que le Big data à lui seul peut fluidifier le marché.

Ce n’est pas parce qu’un employé va s’inscrire sur des réseaux sociaux et qu’il aura accès à pléthores d’informations sur les autres sociétés qu’il choisira forcément de quitter la sienne plus rapidement », déclare Kilian Bazin.

Pour ce dernier, au contraire, c’est la raréfaction de certains profils sur des secteurs spécifiques qui va permettre de fluidifier le marché. Et si le Big data ne peut pas d’un coup de baguette magique éradiquer le chômage, il a au moins le mérite d’apporter plus de transparence au marché de l’emploi.

Le Big data et les réseaux sociaux jouent aujourd’hui le même rôle que celui endossé par les syndicats au début du 20e siècle, en rendant public ce qui peut se passer entre les murs d’une entreprise », constate le directeur général.

Comme les réseaux sociaux qui ont permis aux consommateurs de reprendre le pouvoir sur les marques, la transparence offerte par le Big data permet ainsi une élévation du niveau de qualité dans les relations entre l’employeur et l’employé.

Réagissez !

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Vérification de sécurité * Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.