Comment Boeing & Amazon gardent une longueur d’avance avec la formation continue

0

60%, voire 85% des métiers qui seront exercés en 2030 n’existent pas encore. L’automatisation des tâches pourrait entrainer des changements de métiers pour 14% de la population active mondiale.
Ces chiffres, nous les avons tous vus. Les bouleversements qu’ils annoncent sont inédits, les défis à relever sont énormes.

par Marion Breuleux

Marion Breuleux

Face à cette donne, pas une entreprise qui ne réponde à ces défis par des formules sur l’importance du capital humain, sur le caractère stratégique de la formation tout au long de la vie.
Si la réponse est bien dans la formation continue et la possibilité pour chaque individu de se former pour s’adapter face à l’obsolescence des compétences et des métiers, les stratégies concrètes mises en œuvre ne sont pas toujours à la hauteur des enjeux.

Former mieux, plus vite, plus de monde et pour des coûts réduits ? Les organisations ont cru trouver dans le numérique le nouveau graal. Pourtant, la technologie, si elle permet de déployer des dispositifs d’envergure, n’apporte pas toujours la réponse miraculeuse espérée.
Après une learning expedition sur le futur du Learning en Silicon Valley et au Festival SXSW Education à Austin, il ressort que les entreprises ayant une stratégie de formation centrée sur le sens, leur mission, ou encore leur rôle dans un écosystème garderont une longueur d’avance

La technologie est un élément de réponse sans être le graal

On observe qu’une course aux catalogues MOOCs ou autres contenus en ligne s’est engagée. Qu’elle apporte les réponses escomptées n’est pas certain ! Car il ne suffit pas d’ouvrir à tous ses collaborateurs une banque de MOOCs. Même avec l’acteur mondial de référence et même si ces parcours sont issus des plus grandes universités.
Sans prescription, sans stratégie identifiée pour les métiers, les collaborateurs déjà noyés sous les ressources et les contenus se retrouvent dans à un supermarché du savoir sans vision claire des priorités. Autant proposer un buffet à volonté à quelqu’un qui sort de table !

A cette course aux catalogues, s’ajoute une chasse aux dernières tendances : réalité virtuelle, learning analytics… Souvent en oubliant que la techno n’est pas une réponse en soi aux bouleversements à venir ni aux impératifs de formation des organisations.

Au-delà de la technologie : faire primer le sens et le projet

Dans ce contexte, deux entreprises ont fait le choix d’une stratégie recentrée sur leur mission et la recherche d’impact.

Amazon : la formation au service du développement d’un territoire

Pour ses centres logistiques, Amazon a des besoins énormes de recrutement de profils peu qualifiés : caristes, manutentionnaires, préparateurs… Sur ces mêmes zones géographiques, de nombreux métiers qualifiés sont sous tension et les entreprises peinent à trouver les bons profils.

Amazon organise et finance pour ses collaborateurs les moins qualifiés des formations aux métiers les plus demandés sur ces territoires. A première vue, le calcul est peu rentable : Amazon renforce le turnover déjà élevé sur ces publics en leur permettant d’accéder à des job hautement qualifiés et mieux rémunérés.

En réalité, la stratégie d’Amazon est pensée au niveau d’un territoire et pour le moyen terme :

  • Ce programme est un remarquable outil de marque employeur pour Amazon dont les besoins de main d’œuvre sont énormes.
  • En quittant Amazon pour des jobs plus qualifiés et mieux payés, les « alumni » participent à la hausse du niveau de vie sur un territoire
  • Et cela profite indirectement à Amazon qui trouve chez ces anciens collaborateurs de nouveaux clients au meilleur pouvoir d’achat

Boeing : la formation au service d’une stratégie d’innovation en écosystème

Les défis en matière d’innovation pour l’avionneur sont colossaux et impossibles à relever sans une montée en compétences stratégiques des collaborateurs. Rien de bien nouveau !

Là où Boeing innove c’est en acceptant que l’entreprise ne pourra relever ces défis qu’avec son écosystème de partenaires et fournisseurs.

Boeing a donc bâti un dispositif de formation avec edX & le MIT en lien avec ses axes stratégiques d’innovation et a ouvert ce dispositif à ses fournisseurs ! Le pari est osé mais prouve que Boeing cherche à dépasser le simple sujet des moyens pour servir un projet d’innovation pensé en écosystème !

Ces deux entreprises d’envergure ont compris et appliqué un modèle de formation centré sur le sens. En interrogeant d’abord leur mission, ces entreprises donnent une juste place à la technologie : un moyen au service d’un projet de développement ou d’innovation. Et non une fin en soi !
Le coup de cœur de Marion Breuleux
Dan Pink

Biographie de Marion Breuleux

Marion Breuleux

Marion Breuleux est la fondatrice d’ABILWAYS DIGITAL, startup interne au sein du groupe ABILWAYS et depuis peu a repris la Direction générale de l’Institut supérieur du Marketing.

Passionnée par la révolution numérique, l’innovation et le monde des startups, elle aide des entreprises et leurs équipes à intégrer les mutations en cours. Convaincue que l’entreprise doit réinventer son modèle managérial, elle a fait sien le credo « Culture eats strategy for breakfast ».

Linkedin : https://www.linkedin.com/in/marionbreuleux/
Twitter : https://twitter.com/marionbx

Réagissez !

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Vérification de sécurité * Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.