Et si l’annonce cadre digitale se… digitalisait ?

0
Christophe-Bougeard_bio

Christophe Bougeard, Directeur Général d’Expectra.

Qui se souvient du temps des grands cahiers spéciaux d’annonces cadres du Figaro ou de l’Express ? Une époque qui paraît loin, si loin qu’elle semble naïve, surannée comme un tube des yéyés…

Personne ne conteste le règne du digital, mais celui-ci a-t-il pour autant modernisé l’annonce d’emploi cadre en profondeur ? Force est de constater que la forme et le fond de l’annonce n’ont connu ni big-bang, ni bouleversement majeur ces dix dernières années.

La forme, tout d’abord : l’écran a remplacé le papier, mais où est l’innovation promise – et permise – par les technologies actuelles ? Sur les grands sites, les mêmes fondamentaux que sur l’annonce d’antan meublent l’espace : entreprise, poste, profil. Pour le reste, pas ou bien peu de contenu multimédia – géolocalisation, vidéo… – susceptible d’enrichir l’expérience candidat ou d’étancher sa soif d’informations. Même constat du côté des sites des intermédiaires du recrutement, où seuls les modes de candidatures alternatifs font passer un souffle de digitalisation.

Pourtant, les candidats ont changé. Pour la première fois dans l’Histoire, ils ont quotidiennement recours, dans leur vie personnelle, à des technologies plus en pointe que celles qu’ils utilisent professionnellement. Rien d’étonnant donc, à ce qu’ils attendent un accès facile, libre et transparent, à l’information sur leur employeur potentiel. À quand des applis pour téléphone mobile réellement performantes pour tout savoir sur l’entreprise, mais aussi postuler ?

Le fond de l’annonce, à présent : s’est-il enrichi durant ces années de digitalisation de surface ? Le moins que l’on puisse dire est que le contenu textuel ne respire pas la créativité ! « Leader sur nos marchés »,  « Nous renforçons nos équipes » : le champ lexical reste général, flou, rebattu. Pis, telle entreprise met en avant sa « culture de l’échange », mais le responsable hiérarchique et les membres de l’équipe sont inaccessibles ; telle autre se dépeint comme « transparente », mais occulte soigneusement l’aspect rémunération. Étonnants paradoxes !

À l’heure où l’on parle de nouveau beaucoup de marque employeur, trop d’entreprises ont oublié le préalable indispensable pour que celle-ci soit un minimum crédible : aligner promesse et actes. Parce qu’une annonce représente le premier contact d’un candidat avec un employeur, elle doit être l’illustration concrète de son discours, des valeurs dont il se prévaut. Le digital peut et doit servir cet objectif. Que l’entreprise veuille bien s’en souvenir et l’annonce cadre digitale pourra enfin entrer dans son âge d’or.

Christophe Bougeard, Directeur Général d’Expectra.

Réagissez !

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Vérification de sécurité * Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.