Encadrement ou souplesse: comment gérer les réseaux sociaux au travail ?

Facebook, Twitter, Viadeo, LinkedIn… loin d’être réservés à la sphère privée, les réseaux sociaux sont devenus une réalité incontournable au travail.

La question n’est plus de savoir si les entreprises doivent les intégrer mais plutôt de réfléchir à la manière de le faire. Avec souplesse ou encadrement ?

catherine

Catherine Dorr

Plusieurs études l’ont prouvé (1)(2) : utilisés à bon escient, les réseaux sociaux peuvent se révéler très utiles pour l’entreprise en lui permettant notamment de se donner une bonne image, de favoriser la communication entre ses salariés voire même de recruter. Toutefois, nombreux sont les dirigeants qui restent suspicieux, craignant une perte de productivité, un risque pour la sécurité informatique ainsi que la divulgation d’informations confidentielles. « Les grandes entreprises ont encore du mal à donner du pouvoir de communication à leurs employés », reconnaît Alexandre Villeneuve, consultant pour l’agence conseil Image et Stratégie.

Pour Catherine Dorr, directrice associée de l’agence de communication ZComme, pas question de faire du média social juste pour faire du média social. «Il faut vraiment que cette démarche fasse partie d’une stratégie de communication de l’entreprise et qu’elle ait réfléchi aux objectifs et aux cibles». Selon elle, éduquer les employés aux bons et aux mauvais usages qu’ils peuvent faire des médias sociaux est le meilleur remède contre les risques liés à ceux-ci. « La gestion des réseaux sociaux demande avant tout du temps, mais également des compétences, des expertises et une réelle stratégie », explique Catherine Dorr.

Faire preuve de souplesse

Alexandre Villeneuve

Alexandre Villeneuve

S’il admet que la gestion des réseaux sociaux au sein de l’entreprise doit être réfléchie et managée, Alexandre Villeneuve insiste sur la nécessité d’intégrer les salariés au processus. « Si le groupe Facebook créé par l’entreprise est trop institutionnel et qu’il n’est pas géré par des personnes représentatives des salariés, l’initiative sera vouée à l’échec et d’autres groupes émergeront », prévient-il. En témoigne le peu d’engouement suscité par l’intranet des entreprises. « L’intranet et les réseaux sociaux internes sont très encadrés mais finalement peu utilisés car les salariés craignent la censure de leurs dirigeants contrairement à Facebook qu’ils perçoivent comme un outil plus libre et ouvert», explique Alexandre Villeneuve.

 

La solution ?

Alors comment faire pour laisser les employés s’exprimer tout en prévenant
les dérives ?
L’une des solutions serait de mettre en place une Charte Internet sur ce que les employés peuvent dire ou ne pas dire sur les réseaux sociaux. Mais il existe un autre moyen pour s’assurer que les réseaux sociaux profitent à l’entreprise : développer le sentiment d’appartenance des salariés. « S’ils se sentent bien dans l’entreprise, ils seront souvent les premiers à la défendre des critiques proférées en ligne et qui ne correspondent pas à la réalité », assure Alexandre Villeneuve. Dans ces cas là, bloquer ou limiter l’accès aux réseaux sociaux priverait donc l’entreprise de ses meilleurs avocats.

Réseaux sociaux

4 articles associés à “Encadrement ou souplesse: comment gérer les...”

Réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pour nous adresser votre message, merci de bien vouloir recomposer l’image ci-dessous :