Les entreprises ont-elles encore besoin de séduire les candidats quand il y a 3 millions de chômeurs ?

0

Alors que la France compte à ce jour plus de 3 millions de chômeurs, le paradoxe veut que près de 300 000 postes soient à ce jour non pourvus… Est-ce à dire que la marque employeur et le marketing RH sont aujourd’hui indispensables pour attirer le candidat idéal dans un contexte de pénurie de personnel qualifié ? Ou est-ce plutôt aux candidats de se parer de leurs plus beaux atouts pour convaincre les recruteurs ?

Pour répondre à cette question cruciale, nous avons interrogé deux experts du recrutement qui ont accepté de confronter leur point de vue.

Oui. Une épreuve de séduction pour le recruteur

NL#4-2016-debat-oui

Nicolas Mundschau

L’entreprise doit mener en amont un travail d’autodiagnostic afin de clarifier son offre et de mettre en avant ce qu’elle sera capable d’apporter aux candidats »

Nicolas Mundschau, auteur du livre « Recruter les jeunes talents. Attirer, sélectionner, fidéliser ».

Pour Nicolas Mundschau, les entreprises ont aujourd’hui plus que jamais besoin de séduire leurs candidats. Si le taux de chômage atteint des seuils historiques, certaines entreprises doivent paradoxalement faire face à des pénuries de profils qualifiés dans certains métiers.

L’arbitrage économique effectué par les entreprises les conduit à investir du temps et de l’argent pour attirer les candidats qui correspondent le mieux à leurs attentes, plutôt que d’essayer de former des personnes en recherche d’emploi, jugées trop éloignées de leurs besoins ».

Conséquence ?

Les mêmes profils sont souvent recherchés par plusieurs entreprises en même temps, et ces dernières doivent désormais se mettre en avant pour sortir du lot », souligne Nicolas Mundschau.

Une autre raison qui pousse les entreprises à séduire les candidats : le niveau d’engagement qu’elles cherchent à obtenir de leurs salariés.

A ce titre, les recruteurs et les managers sont à la recherche de candidats qui, non seulement, seront capables de mener les missions qui leurs sont confiées, mais qui seront aussi les plus motivés pour les réaliser dans la durée », explique l’auteur.

Force est de constater aujourd’hui qu’il existe une inadéquation entre le volume de personnes formées dans certaines filières et les besoins réels sur le marché du travail. Pour pallier ces difficultés et attirer le meilleur candidat, l’entreprise n’est donc pas en position de force et doit faire preuve de séduction. Comment ?

L’entreprise doit mener en amont un travail d’autodiagnostic afin de clarifier son offre et de mettre en avant ce qu’elle sera capable d’apporter aux candidats », analyse Nicolas Mundschau.

A l’image d’un candidat qui devra faire valoir ses atouts auprès d’un recruteur, ce dernier doit mettre en avant les points forts de sa proposition d’emploi pour attirer les meilleurs d’entre eux.

Cela va bien au-delà de la rémunération et commence bien évidemment par l’intérêt du poste à pourvoir, mais s’appuie également sur le projet et la culture d’entreprise, ou des éléments plus pratiques comme l’accessibilité des locaux ou encore la flexibilité dans l’organisation du travail », conclut l’auteur.

Non. Une démonstration de charme pour le candidat

NL#4-2016-debat-non

Ana Fernandez

L’objectif d’un entretien de recrutement est de confirmer la bonne impression qu’a pu donner un CV, de conforter la confiance en ses compétences et son parcours… »

Ana Fernandez, dirigeante d’Energycoaching, cabinet spécialisé proposant des solutions d’accompagnement aux demandeurs d’emplois et jeunes diplômés.

Même si Ana Fernandez, reconnaît que l’entreprise a toujours besoin de séduire pour attirer les meilleurs candidats, c’est quand même toujours cette dernière qui se retrouve en position de force au moment du recrutement.

Si l’entreprise doit vendre son offre, c’est au candidat de séduire le recruteur », rappelle la dirigeante d’Energycoaching.

Ainsi,

l’objectif d’un entretien de recrutement est de confirmer la bonne impression qu’a pu donner un CV, de conforter la confiance en ses compétences et son parcours… », souligne Ana Fernandez.

C’est donc au cours de cet entretien que va devoir s’installer ce rapport de séduction avec le recruteur afin de se distinguer des autres candidats et lui donner envie de l’embaucher.

Cette capacité à savoir se vendre passe par la mise en avant de la personnalité, et donc de l’image non verbale ; puis par le verbal, au travers du contenu du message et du discours que le candidat transmet au recruteur », précise Ana Fernandez.

Pour le candidat, l’objectif de l’entretien est ainsi de convaincre le recruteur afin qu’il se projette avec lui dans une nouvelle aventure professionnelle.

« En dehors des compétences pour un poste, ce qui séduit aujourd’hui un recruteur qui se retrouve face à de multiples candidats aux profils similaires, va être la confiance qui va se dégager d’un candidat, son implication et son engagement », met en avant la dirigeante d’Energycoaching.

Et de conclure :

Dans cette optique et comme dans tout rapport de séduction, le candidat doit rester naturel et clair dans son discours afin de démontrer au recruteur que le poste visé apparaît comme une évidence dans son parcours professionnel. »

Réagissez !

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Vérification de sécurité * Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.