Les personnages du petit écran que l’on retrouve au bureau

0

Fascinants, touchants ou détestables, les personnages de séries TV se sont imposés dans notre imaginaire collectif. Certains présentent même d’étonnantes similitudes avec des personnalités que l’on peut croiser dans le monde de l’entreprise… Entre le collègue dévoué, la nouvelle recrue agaçante ou la manager charismatique, petite typologie des héros du bureau.

Nate Fisher (Six Feet Under) : le commercial empathique

Qui ?

Nathaniel « Nate » Fisher est le « croque-mort malgré lui » de la série Six Feet Under, chargé avec son frère de reprendre l’entreprise familiale de pompes funèbres. Profondément sensible à la douleur d’autrui, il fait preuve d’empathie envers ses clients et s’efforce d’adoucir leur expérience du deuil.
Dans l’entreprise, c’est typiquement le commercial ou le prestataire de service dévoué qui établit naturellement un lien de complicité avec ses clients.

Qualité

La sincérité, la disponibilité émotionnelle et l’intelligence situationnelle du commercial empathique suscitent la confiance et permettent l’établissement de relations prestataires-clients authentiques, atout majeur dans le secteur du service.

Défaut

A trop jouer sur le registre affectif, ce type de personnalité s’expose à une surcharge de travail émotionnel, aussi aliénant que déstabilisant dans sa vie personnelle.

Comment l’aborder ?

En tant que manager, il est important de ne pas pousser le commercial empathique à instrumentaliser son humanité.

Chacun doit pouvoir en effet demeurer un sujet et donc décider de cet investissement en pleine conscience – en accord avec la représentation qu’il se fait de son travail » explique Benoît Meyronin, co-auteur de l’ouvrage De McGyver à Mad Men – Quand les séries TV nous enseignent le management, dans son article « Six Feet Under et la culture de service : du travail émotionnel dans les métiers de service ».

Holden Ford (Mindhunter) : la jeune recrue iconoclaste

Qui ?

L’agent du FBI Holden Ford est le héros de la série Mindhunter, retraçant la naissance du profilage aux Etats-Unis. Brillant, timide et enclin aux méthodes peu orthodoxes, Holden est l’image de la jeune recrue idéaliste qui souhaite bousculer les codes de l’entreprise.

Qualité

Visionnaire, la jeune recrue de type Holden souhaite faire progresser son domaine et n’a pas peur de s’ouvrir à d’autres champs d’expertise. Cette capacité d’anticipation, aussi rare que mal comprise dans le monde de l’entreprise, est toutefois très prisée car elle requiert plusieurs compétences-clefs : maîtrise de l’approche systémique, ouverture d’esprit et initiative, et capacité à imaginer des solutions innovantes.

Défaut

Dans sa quête du progrès, ce type de personnalité peut parfois manquer de diplomatie envers ses collègues ou supérieurs plus conformistes. Une attitude souvent interprétée comme un manque de respect envers l’autorité et la hiérarchie.

Comment l’aborder ?

Quel que soit le positionnement (innovant ou conservateur) de l’entreprise, il est important de ne pas « stigmatiser la nouvelle génération en les parant de qualités, de défauts ou de caractéristiques qui leur sont propres » rappellent Éric Le Deley, directeur de l’IGS-RH Paris, et Bénédicte Ravache, secrétaire générale de l’ANDRH. Une tendance managériale courante, mais qu’aucune étude ne vient appuyer. Les auteurs de « L’arrivée d’un jeune manager dans une entreprise séculaire : The Young Pope ou l’art de déstabiliser une organisation… » soulignent aussi qu’il ne faut pas « confondre jeunesse et modernité », toutes les nouvelles recrues n’étant pas aussi iconoclastes qu’un Holden Ford…

Red (Orange is the New Black): la manager habile

Description

Galina « Red » Reznikov est l’un des personnages-phares de la série Orange is the new black, mettant en scène le quotidien d’une prison pour femmes et ses multiples enjeux de pouvoir. Régnant d’une poigne de fer sur les cuisines ainsi que sur un clan de loyales co-détenues, Red incarne à merveille le leadership assumé, à la fois autoritaire et bienveillant.

Qualité

L’intégrité. Une manager habile de type « Red » ne transige pas sur les valeurs qui lui tiennent à cœur. C’est l’atout-clef qui lui permet d’exercer un leadership authentique, fondant « ses décisions et actions sur des valeurs et convictions fortes », observe Fabrice De Zanet dans « Petites leçons de leadership avec Birgit Nyborg de la série Borgen ».

Défaut

Un excès d’autorité. La manager douée de leadership aura tendance à alterner entre stratégies d’influence « douces » (consultation, persuasion, inspiration) et « dures » (pression, menace, recours à la loi, donnant-donnant). Toutefois, recourir trop souvent à des stratégies qui visent à soumettre autrui peut affecter les relations et éroder l’influence à long terme.

Comment l’aborder ?

En relativisant les positions hiérarchiques et en privilégiant la confiance de part et d’autre.

En effet, le leadership est par essence non hiérarchique. Est leader celui qui est reconnu comme légitime pour exercer une influence par les personnes qui sont la « cible » de cette influence. Cette légitimité s’enracine notamment dans la confiance que ces personnes accordent au leader. […] En conséquence, [le leadership] n’est jamais acquis », rappelle le professeur à l’université de Liège.

Réagissez !

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Vérification de sécurité * Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.