Rhône-Alpes : un marché de l’emploi inégal

0

Disparités en fonction des départements, fluctuations d’un mois sur l’autre, manque de visibilité… Si le marché de l’emploi en Rhône-Alpes s’en sort plutôt bien par rapport au reste de la France, l’incertitude reste de mise, sauf pour les quelques profils toujours courtisés par les employeurs.

Jerome-Lieutier

Jerome Lieutier

Citer des chiffres est très compliqué, mais dans l’ensemble, le marché est relativement stable sur les départements de la région Rhône-Alpes, bien qu’il existe des inégalités. Par exemple, le Rhône et l’Isère se portent mieux que les autres, alors que dans les zones excentrées, comme la Haute Savoie, c’est plus difficile »

explique Jérôme Lieutier, directeur de secteur Expectra pour la région Centre Est.

Les projets ne pouvant pas être retardés et repoussés à l’infini, il est possible que la situation se débloque. « L’an dernier, les entreprises ont logiquement donné la priorité à l’intérim. Mais depuis septembre, c’est le CDI qui a étonnamment pris le relais. » Une tendance qui ne semble pas cohérente avec la vision a priori très prudente qu’ont les employeurs. « Sans doute commencent-ils à préparer des projets sur 2015 ? Ca serait une bonne nouvelle. » Les échanges avec les entreprises confirment la tendance du semestre.

L’informatique et le commerce en tête

« L’informatique continue à embaucher par anticipation, note Jérôme Lieutier. Le paysage économique change du fait de nombreux rachats et fusions au sein d’ESN (Entreprise de Service Numérique, ex-SSII) et rend fluctuant le marché des techniciens. Il y a néanmoins toujours une réelle pénurie sur les profils de développeurs et  d’ingénieur. » Avec notamment des opportunités créées par le m-commerce (vente sur mobile), qui entraîne des demandes des employeurs sur des compétences en développement d’interfaces graphiques spécifiques, parfois en responsive design, en langage mobile plus habituel (Ios ou Androïd). Côté distribution et commerce, les profils technico-commerciaux,  ayant à la fois une approche produit et le sens du service client, sont toujours aussi recherchés. « Il y a aussi eu un regain en 2014 sur les chefs de produit (marketing opérationnel, marketing produit…). »

Enfin, du côté des fonctions supports, la fin d’année a été positive, et la tendance devrait se poursuivre sur 2015, notamment dans les domaines des ressources humaines et de la paie. A noter que dans tous les cas, la maîtrise de l’anglais est indispensable. « Les besoins en profils bilingues deviennent la norme dans de nombreux métiers, et il n’est plus rare de rechercher des profils trilingues dans les fonctions support, car nos clients mutualisent bons nombres de leurs services centraux européens. »

Les entreprises à la recherche de clones

« Les employeurs sont toujours aussi exigeants en termes de diplôme et d’expérience. Ils sont encore trop à la recherche du clone, du profil identique à celui qui part. Beaucoup trop de projets d’embauche échouent par manque de réactivité des entreprises : une fois qu’elles se décident, le candidat a déjà été recruté par quelqu’un d’autre ! » Logique, puisque les profils intéressants le sont pour tout le monde…

En ce qui concerne la visibilité sur 2015, Jérôme Lieutier note que « le début d’année est toujours incertain, et la situation diffère d’une entreprise à l’autre. On espère tous que cela va redémarrer. »

Séverine Dégallaix

Réagissez !

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Vérification de sécurité * Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.