Sacrés Français ! Ces compétences qui s’exportent à l’étranger

0

Vins, gastronomie, haute-couture ou parfums de luxe… Dans ces domaines emblématiques, l’expertise française est mondialement appréciée. Mais les compétences des Frenchies suscitent de plus en plus l’intérêt des recruteurs internationaux dans des secteurs plus inattendus : automobile, aéronautique, jeux vidéo, cinéma ou encore ressources humaines. En quoi consiste la French touch et quelles sont les raisons de son succès ? Analyse d’un pic de popularité.

Briller à la française

En matière de films d’animation, la France occupe le troisième rang mondial. Sollicités par Pixar ou Dreamworks, des talents français (à l’instar de Pierre Coffin avec les Minions ou Moi, moche et méchant) signent de nombreux cartons du box-office.

Nathalie Berriat

Nous avons une réputation mondiale dans le secteur du cinéma d’animation mais aussi en graphisme ou en design interactif par exemple. Il y a un vrai savoir-faire français dans ce domaine » constate Nathalie Berriat, directrice de l’école parisienne Gobelins.

Les élèves issus des écoles françaises spécialisées dans les métiers de l’image et du cinéma d’animation font ainsi l’objet d’une convoitise croissante.

Nos jeunes animateurs sont très demandés par les studios aux Etats-Unis, au Canada, en Inde, mais aussi en Irlande, en Afrique du Sud et en Chine. »

Les Français brillent également dans le domaine des ressources humaines, surtout au Québec. Céline Morellon, chef des ressources humaines de la société du parc Jean Drapeau à Montréal, pose un regard aiguisé sur ses compatriotes.

Céline Morellon

Certains secteurs nous réussissent : la rémunération, la gestion des avantages sociaux, le conseil stratégique, mais aussi le recrutement et notamment les chasseurs de têtes. En consultation, les Français sont populaires dans les domaines émergents : rémunération consciente, création de valeur… Nous sommes toutefois peu nombreux en relations de travail, à cause du poids de la culture. »

La French touch, mythe ou réalité ?

Cette reconnaissance s’explique par un mélange de circonstances favorables et d’un « je-ne-sais-quoi » à la française, alliant rigueur et séduction.

Les Français sont recherchés sur le marché québécois car ils parlent français, apprennent rapidement et possèdent des expériences précises dans des domaines de pointe. Et ils ont souvent beaucoup d’années d’études à leur actif » observe Céline Morellon.

Autres points forts selon elle, les Français savent se vendre en entrevue, se démarquent par leurs qualités d’analyse et de structure, et enfin se distinguent grâce à leur culture générale.
Elle rappelle cependant que « la façon de travailler en France est très loin de la culture de travail au Québec ou au Canada en général. » Ainsi, les Français qui réussissent outre-Atlantique savent composer avec le côté plus familier des relations nord-américaines, tout en y ajoutant le chic du décorum latin. « C’est un charme que je m’explique difficilement, mais mes collègues et moi sommes d’accord sur la question. »

Une vraie volonté politique d’accompagnement de la filière du cinéma d’animation français de la part des gouvernements successifs. » salue de son côté, Nathalie Berriat

Mais comment se distinguent les talents made in France ? « Michel Ocelot, créateur de Kirikou, dirait que la French touch n’existe pas. Car nous n’essayons pas de faire rentrer nos étudiants dans des cases : ils ont la possibilité d’avoir des influences diverses et de créer leurs propres univers. La « patte » française, c’est peut-être de savoir raconter des histoires avec fraîcheur et émotion. » Elle s’appuie aussi sur un socle culturel fort. « Nous avons une histoire très riche, qui nourrit l’imaginaire, et nous encourageons nos étudiants à faire des recherches documentaires approfondies pour ne pas créer des projets ‘plats’. »

La directrice de Gobelins insiste en outre sur l’importance de la formation pratique.

Les apports théoriques se font lors de la réalisation de projets, et nous sommes très exigeants sur la maîtrise des fondamentaux. C’est ce qui permet aux étudiants d’offrir un savoir-faire technique et une inventivité hors pair. »

Un succès d’actualité

Les Français ont acquis ces dernières années une visibilité nouvelle, liée à l’internationalisation des parcours.

Je crois que c’est surtout dû à notre arrivée en masse ces dix dernières années », rapporte Céline Morellon. Je suis au Québec depuis vingt ans et nous n’avons jamais été aussi nombreux dans le domaine ressources humaines. »

L’ouverture à l’étranger peut aussi faire écho à l’essor du secteur.

Le cinéma d’animation est en plein boom, il y a vraiment une augmentation de la demande depuis quelques années », note Nathalie Berriat. Tous nos élèves ont désormais l’obligation de faire un stage à l’international. Et nous avons ouvert une classe internationale, avec des étudiants issus de dix-sept pays. Nous formons ainsi les futurs talents mondiaux. »

Réagissez !

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Vérification de sécurité * Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.