Salaires 2011, la sortie de crise est amorcée

Après trois années difficiles, une éclaircie est en vue sur le front des rémunérations. La tendance est à nouveau à la hausse comme nous l’apprend la 9ème édition du baromètre des salaires d’Expectra.

Il nous livre une photographie complète de la dynamique d’évolution de la rémunération des cadres en France en 2011.
Cette année, le Baromètre d’Expectra a passé au crible 135 000 fiches de salaires provenant de 6 500 PME réparties pour 44% d’entre elles en Île-de-France, et 56% en province. «Nous avons épluché l’ensemble des rémunérations de nos intérimaires basés chez nos clients ; l’étude s’appuie donc sur une analyse de salaires réels et non déclaratifs de personnes qui viennent d’arriver en poste», indique Emmanuel Chauvin, responsable support et développement des ventes d’Expectra.

Le réseau Viadeo a également participé à la réalisation de ce Baromètre 2011. « Nous avons mené une enquête complémentaire sur les évolutions de rémunération des membres de Viadeo correspondants à nos profils cadres ; ils nous ont fourni des informations sur la manière dont leur évaluation salariale a été effectuée pendant la crise », explique Emmanuel Chauvin.

Une tendance positive qui s’installe

Et les résultats de ce Baromètre 2011 sont plutôt prometteurs. « Nous avons mesuré une évolution de 2,9% pour l’ensemble de l’enveloppe salariale donc nous repassons à une tendance positive », déclare Emmanuel Chauvin. Une bonne nouvelle pour le responsable d’Expectra puisque les années précédentes ont été marquées par une stagnation des rémunérations, voire d’une baisse pour certaines fonctions. Aussi pour Emmanuel Chauvin, il n’y a pas de doute ; « cette année, nous sommes bien dans une situation de sortie de crise !»

Les filières affichant les plus fortes hausses, sont la comptabilité et les finances où les rémunérations augmentent en moyenne de 4%, ainsi que l’ingénierie dont les revenus grimpent de 2,9% par rapport à la même période l’an passé.
En revanche, certains secteurs se situent en deçà de la hausse moyenne globale. C’est le cas notamment de l’informatique où les revenus ne gonflent que de 0,4%, le secteur restant frileux après avoir passé trois années relativement difficiles. Pour autant, qu’ils soient au-dessus ou en-dessous des 2,9%, la hausse des salaires à l’embauche est générale.

Des hausses de plus de 10% dans certains secteurs

emmanuel-chauvin-salaireToutefois, certains domaines tirent davantage leur épingle du jeu avec des augmentations salariales dépassant parfois les 10%. C’est notamment le cas de la comptabilité et des finances où la fonction de contrôleur de gestion connaît une hausse de 10,8% par rapport à l’an passé, ou encore celui du marketing et du commerce où le salaire de l’ingénieur d’affaires progresse de 11,5% cette année. « Avec la reprise, nous assistons à un retour sur investissement très important ; les entreprises veulent contrôler leur croissance et veiller à garder une situation financière stable », note le responsable d’Expectra.
C’est pourquoi les fonctions comptables et financières profitent des plus importantes hausses salariales : + 9,3% pour le responsable administratif et financier, + 9,4% pour le technicien de recouvrement ou encore + 9,2% pour le comptable trésorerie.

La production industrielle est également en plein redémarrage avec une forte demande pour les profils process et qualité. Le responsable qualité voit son salaire grimper de 8,5%, le technicien contrôle qualité de 9,6%. La rémunération de l’ingénieur en BTP croît de 9% tandis que celle de l’acheteur est majorée de 6,7%. «La fonction achat est très liée au prix des matières premières qui ont fortement augmenté. Les entreprises sont sous la pression d’une réduction des coûts et ont besoin par conséquent de bons profils qu’elles peinent à trouver», observe Emmanuel Chauvin.
Le secteur de la recherche et du développement renoue également avec les investissements, ce qui explique une croissance de 9,3% pour la fonction de chef de projet.

Sur la voie de la croissance

De manière globale, les entreprises sont de plus en plus nombreuses à retrouver le chemin de la croissance. Si certaines structures de l’informatique, de l’audit et du conseil, demeurent encore en phase de restructuration, la situation devrait bientôt s’éclaircir. «Ces sociétés se réorganisent afin de retrouver une situation financière stable et on peut s’attendre à une évolution positive dans les prochains mois», précise le responsable. Car nul doute, la relance est bien là, «nous sommes dans une phase de reconquête de la croissance», conclut Emmanuel Chauvin.

Agnès Wojciechowicz

Rémunération

4 articles associés à “Salaires 2011, la sortie de crise est...”

Réagissez

Votre adresse email ne sera pas publiée.


quatre + 3 =