3 moments clés pour demander une augmentation

0

Trop nombreux sont les salariés qui se voient refuser une augmentation non pas parce qu’ils ne la méritent pas, mais parce qu’ils n’ont pas choisi le bon moment pour tenter de l’obtenir.

Découvrez 3 situations qui peuvent vous aider à mettre toutes les chances de votre côté.

Au cours de l’entretien annuel

Ce n’est pas sa vocation première, mais l’entretien annuel n’en est pas moins une bonne occasion pour aborder la question du salaire. Attendez plutôt la fin du rendez-vous, une fois que vous aurez évoqué vos résultats et objectifs avec votre N+1.
Peut-être abordera-t-il le sujet lui-même. S’il ne le fait pas, à vous de vous lancer lorsqu’il vous demandera si vous avez des questions ou des remarques.

Suite à une évolution

Vous avez suivi une formation qui vous permet d’être plus efficace à votre poste ? Endossé de nouvelles responsabilités qui vous demandent davantage d’investissement personnel ? Changé de poste au profit d’une position hiérarchique plus élevée ?
Toute évolution dans l’entreprise peut éventuellement être suivie d’une renégociation salariale, à condition que vous ayez des arguments à avancer.

Après un succès

Si vous venez de remporter un succès (dépassement d’objectifs, augmentation du chiffre d’affaires, gros contrat décroché…), vous êtes en position de force pour négocier. Vous avez en effet prouvé de quoi vous étiez capable, et ce que vous pourriez accomplir avec une motivation supplémentaire.
Foncez : si vous attendez, l’éclat de votre victoire risque de s’estomper.

Et vous, à quel moment avez-vous tenté votre chance pour décrocher une augmentation ?

Cet article est extrait de notre groupe « Salaires » sur Viadeo. Rejoignez-nous, échangez avec les experts d’Expectra et posez toutes vos questions relatives à la rémunération !

Réagissez !

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Vérification de sécurité * Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.