Le coup de cœur d’Edouard Le Marechal

0

Captain Fantastic

CAPTAIN FANTASTIC

J’ai choisi ce film parce qu’il illustre bien la question de la vision et la façon dont elle peut être intelligemment transformée pour passer d’une utopie inquiétante à une réalité positive.

Evidemment, ce qui frappe en premier, c’est la contradiction entre le titre façon super-héros Marvel et l’affiche qui met en scène des hipsters manifestement pas très branchés par la consommation de masse. Et dès les premières images, on assiste à la vie d’une famille écolo militante retournée à la nature, vivant de sa chasse et de sa culture dans des conditions, disons, sans concessions.

Très vite, le père, veuf depuis peu, nous offre lui aussi une contradiction inquiétante : celle d’un homme pétri de convictions écologiques extrêmes qui d’une voix douce entraîne ses enfants vers un destin de marginalité asociale particulièrement décalée dans l’Amérique des banlieues infinies.

Le rêve d’extrême du Captain Fantastic manque de se fracasser quand l’intégrité physique et mentale de ses enfants se révèle menacée par ses propres intransigeances. Seule la bienveillance inspirée de ses enfants lui permettra de réconcilier son idéologie et sa mission de père responsable mais pas tout-puissant.

Bref, ça finit bien. Mais on a eu chaud.

Réagissez !

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Vérification de sécurité * Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.