L’année sabbatique, c’est tout bénéfique !

0

Ça y est, les ponts du mois de mai arrivent enfin ! Ah… se mettre au vert, partir en bord de mer ou simplement ne rien faire… Marre, franchement, y’en a marre de s’enfermer dans un bureau faussement aseptisé, marre de ce train-train quotidien ! Allez, depuis le temps que j’en rêve, c’est décidé, je demande une année sabbatique à mon employeur. Mais au fait, est-ce qu’on ne risque pas de me prendre pour un tire-au-flanc ?

par Florent Catanzaro

La peur de l’inconnu

Beaucoup s’imaginent encore que c’est insurmontable ou mal vu de partir un an… Certes, fuir un mal-être existentiel en priant pour que l’herbe soit plus verte ailleurs n’est pas la meilleure des idées. Autant se le dire tout de suite : une année sabbatique, ce n’est pas toujours des vacances ! La rencontre avec l’inconnu nous réservera forcément son lot de petites (grosses ?) galères : trajets en bus interminables, difficultés à se loger, tourista qui tombe toujours au mauvais moment, si ce n’est pas le vol de certaines affaires… Mieux vaut être déterminé et préparé mentalement ! Mais qui pourrait décemment nous reprocher d’assumer que toute notre vie ne tourne pas autour du travail et que l’on peut avoir besoin de prendre du temps pour soi en sortant de cette mal-nommée zone de « confort » ?

Le regard de la société a bien changé là-dessus, et puis franchement, si l’on écoutait tout le temps ce que pensent les autres, on ne ferait pas grand-chose… Le grand pas vers l’inconnu fait peur, c’est bien normal, mais on ne s’en voudra que très rarement d’être culottés, tandis qu’on s’en voudra presque systématiquement d’être apathiques. Alors ça y est, c’est décidé, on part en année sabbatique ! Reste juste à l’annoncer à son entourage. Pourront-ils accepter un tel choix ? Pour la famille et les amis, n’ayez crainte, la plupart du temps ils ne voudront que votre bien et des parents attentionnés ne nous retiendront pas de force. Mais le patron, c’est une autre histoire…

Oser se confronter à son patron

Ce tyran conformiste qui exige de moi que je reste jusqu’à point d’heure pour finir un tableau Excel, comment va-t-il comprendre mes envies d’évasion ? Bon, et si l’on arrêtait un peu les clichés : derrière chaque homme se cache un être humain ! Oh, mais qu’est-ce qu’il raconte ? Je sais, la phrase sonne un peu comme un slogan, mais même notre patron possède des qualités humaines et peut faire preuve d’empathie. Il ne tient qu’à nous de les faire ressortir en lui expliquant les raisons de notre année sabbatique : mission humanitaire, envie d’apprendre une nouvelle langue, volonté de se dépasser physiquement ou simplement de découvrir le monde… Dès que l’on argumente convenablement et que l’on s’exprime avec passion en donnant le meilleur de soi-même, je suis persuadé que l’autre sera touché. Et puis s’il se montre insensible et refuse cette décision, est-ce qu’il mérite vraiment que nous continuions à nous tuer à la tâche pour lui ? Au lieu de nous démotiver, une remarque négative peut parfois révéler en nous une force supplémentaire.

Les bénéfices pour l’entreprise

Prenons un tout petit peu de recul pendant quelques secondes, parce que le soi-disant drame du trou dans le CV, c’est une belle connerie ! Une invention pour nous maintenir lobotomisés, n’ayons pas peur des mots ! Sur 35 ou 40 ans de carrière, comment pourrait-on nous en vouloir d’avoir pris une petite année pour penser à nous et grandir humainement ?

Franchement, quelle entreprise ne voudrait pas dans ses effectifs, quelqu’un revenant d’une année sabbatique, qui a donc appris à mener à bien un tel projet en collaborant avec son environnement pour aller de l’avant, à se dépasser et développer ses capacités linguistiques ? Imaginez que chaque jour, vous allez construire de nouveaux repères afin d’apprivoiser un endroit inconnu, vous faire quelque peu violence pour oublier ce qu’est la timidité, nouer des liens mémorables avec des habitants ou les paysages… Et recommencer presque à zéro le lendemain ! Je peux vous dire que j’ai véritablement appris ce qu’est le détachement, dans tout le bon sens du terme. Croyez-moi, l’autonomie acquise au bout du monde vous permettra sans nul doute d’affronter n’importe quelle situation qui se présentera face à vous, en ayant confiance en vos capacités de résolution du problème.

Alors, on fonce ?!

Et ben oui, on fonce ! On n’a plus que ça à faire maintenant : penser aux coins qui nous font rêver (mer, montagne, aventures isolées ou citadines), choisir l’itinéraire (ou au moins le continent), faire quelques vaccins et visas selon les destinations et prendre les billets d’avion ! Aussi simple que cela.

Ah je vous vois venir : que faire de l’appartement et des enfants ? La location, j’imagine que vous connaissez ? Alors filez voir une agence pour régler tous les détails. Et les enfants, on les emmène au bout du monde, pardi ! Nombreux sont les couples que j’ai vu voyager avec enfants suivant des cours à distance. Après tout, cette année sabbatique, c’est un projet de famille, alors rêvez-la et construisez-la ensemble. Profitez à fond de la curiosité et de l’insouciance des enfants, elles vous emmèneront probablement très loin ! …

Le monde des voyageurs est un monde où chacun s’entraide et est animé par un désir bienveillant de découvrir la nature autant que les humains qui la peuplent. Alors qu’avez-vous à perdre en fin de compte ? Pas grand-chose ! Et à gagner ? Presque tout, principalement de vous découvrir en tant qu’Homme… Alors, n’hésitez plus et foncez !

Le coup de cœur de Florent Catanzaro
Rouge Brésil de Jean-Christophe Ruffin

Bio du blogueur

Florent Catanzaro

Florent Catanzaro est ingénieur et écrivain.

Après son diplôme d’ingénieur, il a travaillé pendant cinq ans dans le domaine de l’énergie, avant de se reconvertir en vue d’exprimer pleinement sa passion pour l’écriture.
Il est actuellement rédacteur pour le Petit Futé et s’apprête à publier son troisième ouvrage, dont le thème est l’intelligence émotionnelle. Avant cela, il avait fait du développement personnel une ligne directrice dans ses écrits, en étant notamment l’auteur du livre « Oser prendre une année sabbatique », dans lequel il racontait son récit de voyage sur fond d’analyse sociétale.

Retrouvez-le sur :
facebook : www.facebook.com/florent.catanzaro/
LinkedIn : www.linkedin.com/in/florent-catanzaro-53502737/

Réagissez !

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Vérification de sécurité * Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.