Le recrutement a-t-il saisi l’opportunité des réseaux sociaux ?

0

Le recrutement 2.0 est à la mode, et les réseaux sociaux professionnels tels Viadeo ou LinkedIn gagnent chaque jour de nouveaux membres.
Mais, entreprises et candidats ont-ils pour autant changé leurs pratiques pour tirer parti de ces nouveaux outils ?
Deux experts partagent leur point de vue.

NON, candidats et recruteurs ont gardé leurs vieilles habitudes

Marie-Pierre Fleury

Marie-Pierre Fleury

« On pensait que les réseaux sociaux allaient fluidifier le marché de l’emploi en mettant de l’avant les talents et les compétences au lieu des titres et des diplômes. Or, il n’en a rien été, du moins pour l’instant », affirme Marie-Pierre Fleury, la directrice associée de la société Canden, spécialisée dans le management innovant des ressources humaines (CandenRH) et le conseil individuel en matière d’emploi et de carrière (id-carrières).

La consultante constate que les processus de sourcing et de sélection n’ont pas changé. « Ils ont simplement été amplifiés par les réseaux sociaux et leurs moteurs de recherche multicritères, sans que les recruteurs modifient leur approche. »

Quant aux candidats, leurs profils en ligne sont des duplicata de leurs CV papier. « Dans une logique collaborative et communautaire, ils devraient plutôt ressembler à une mini biographie destinée à susciter l’échange avec les recruteurs », explique-t-elle.

Résultat, ni les uns ni les autres n’exploitent le « plein potentiel » de ces nouveaux outils à leur service, considère Marie-Pierre Fleury.

L’ancienne DRH en veut pour preuve le taux de recrutement via les réseaux sociaux professionnels. « En termes de résultats opérationnels, c’est très faible », souligne-t-elle, études à l’appui.

Pour adapter le recrutement aux enjeux du marché du travail, de nouveaux outils ne suffisent pas. Entreprises et candidats doivent faire évoluer, ensemble, leurs pratiques.

Pour les premières, « il s’agit de se focaliser sur les compétences et aptitudes personnelles de leurs futurs collaborateurs pour ensuite les repérer en ligne », indique Marie-Pierre Fleury, qui conseille aux seconds de « ne pas se « vitriniser », de réseauter de manière qualitative, et de stopper la course aux contacts non qualifiés. »

OUI, mais il faut nécessairement un temps d’adaptation

Laurent Brouat

Laurent Brouat

Si les candidats ont massivement investi les réseaux sociaux professionnels, « les recruteurs ont mis du temps à s’y mettre. Mais ils ont fini par suivre le mouvement, petit à petit », observe Laurent Brouat, directeur associé de Link Humans, un cabinet qui conseille les entreprises sur leur stratégie de recrutement en ligne.

« À vrai dire, ils n’ont plus vraiment le choix », poursuit-il. « S’ils ne prennent pas le train en marche, ils vont devoir changer de métier

Ce léger retard au démarrage, le consultant l’attribue aux nombreuses résistances des professionnels des RH, qui ne sont pas non plus toujours à l’aise à l’idée de s’exposer en public.

Bref, « ils méconnaissent ces nouveaux outils et ils ne savent comment les faire vivre », remarque Laurent Brouat.

La plupart ont par exemple créé leur profil sur LinkedIn et/ou Viadeo, mais ils sont souvent incomplets ou mal présentés.

« C’est pourtant une vitrine pour l’entreprise », signale le spécialiste du recrutement 2.0.« Et c’est généralement la porte d’entrée des candidats lorsqu’ils recherchent des informations pour postuler », ajoute-t-il considérant que les recruteurs n’ont que deux choix : « Apprendre sur le tas ou se faire former. »

Laurent Brouat reste malgré tout optimiste. « La technologie évolue plus vite que l’être humain. Il faut nécessairement un temps d’adaptation. »

Selon lui, les entreprises seraient en train de changer leurs habitudes. « Elles ont aujourd’hui conscience qu’elles ne peuvent plus se contenter de publier des annonces d’emploi et qu’elles doivent désormais aller vers les candidats, en soignant leur image de marque en ligne. »

Réagissez !

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Vérification de sécurité * Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.