Les français sont-ils satisfaits de leur salaire ?

0

Crédits, loyer, assurances… Pour faire face à ces nombreuses dépenses, le salaire est plus que jamais au centre de l’attention des français. S’il est généralement tabou de parler d’argent, chacun aspire bel et bien à gagner plus. Comment savoir si l’on est payé à sa juste valeur ? Quels sont les critères de satisfaction en matière de rémunération ? Pourquoi faut-il oser parler salaire dès l’entretien d’embauche et surtout, comment ?

Les Français sont-ils d’éternels insatisfaits en matière de salaire ?

Pas si sûr selon le dernier sondage réalisé par l’Institut Odoxa. D’après les résultats, ces derniers considéreraient qu’une personne est riche dès lors qu’elle gagne 5 000 euros par mois.

Cyril-bregou

Cyril Brégou

Pour Cyril Brégou, associé du cabinet de conseil en stratégie de rémunération et d’études salariales People Base CBM :

à partir de certains niveaux de rémunérations, chez les cadres notamment, les attentes portent sur d’autres critères que le salaire fixe. Pour un professionnel gagnant 60 000 euros annuellement par exemple, être augmenté pour gagner 62 000 euros est certes intéressant, mais proportionnellement beaucoup moins que pour un jeune cadre à 30 000 euros. En réalité, la demande de hausse de salaire est d’autant plus forte que l’intéressé touche peu ».

Critères de satisfaction : des attentes différentes selon les âges

Quels peuvent donc être les critères de satisfaction des salariés ? La transparence en premier lieu. C’est-à-dire :

Patrick-Dumoulin

Patrick Dumoulin

avoir une explication claire sur sa rémunération. Tel job dans l’entreprise est rémunéré à tel niveau. En cas de rémunérations variables, que celles-ci soient effectuées autour d’objectifs définis et atteignables. Ce qui entraînera davantage de reconnaissance de la part du salarié et limitera les frustrations ».

explique Patrick Dumoulin, directeur de l’Institut Great Place to Work® France.

Autre point-clé, la différence d’attente selon les âges. Etant donné leur contexte, les jeunes ont davantage besoin d’une rémunération disponible rapidement.

En début de carrière, ils sont dans une phase de cash burning et sont donc plus attirés par le salaire fixe et les variables directes telles que les bonus ou les primes… » explique Cyril Brégou.

Au fur et à mesure, les salariés privilégieront plutôt des éléments périphériques à l’instar de la mutuelle ou de la retraite prévoyance qui leur faciliteront la vie et les couvriront contre les risques. Ou encore, l’intéressement ou la participation pour se constituer une réserve financière.

Comment savoir si l’on est rémunéré à sa juste valeur ?

La question de la juste valeur salariale est avant tout une histoire de perception. Pour un même poste, certains s’estimeront sous-payés quand d’autres considéreront être payés correctement. Reste qu’il est possible d’évaluer objectivement sa rémunération en sondant le marché. Outre les études comparatives et autres simulateurs salariaux, la méthode la plus efficace consiste alors à entreprendre une étude concrète par le biais de benchmarks.

Comment ? En regardant les offres d’emploi et en postulant pour savoir ce qui est proposé ailleurs», témoigne Patrick Dumoulin.

L’attachement à l’entreprise, plus important que le salaire

Impossible d’évoquer la question du salaire sans la mettre en perspective avec d’autres critères comme l’attachement à l’entreprise ou le bien-être. Or, comme l’indiquent un certain nombre d’enquêtes : quel que soit le secteur, la rémunération se retrouve la plupart du temps entre la deuxième et la cinquième position derrière l’adhésion à la culture, aux produits et services de l’entreprise.

Son corollaire est que la première cause pour laquelle on quitte un emploi est avant tout l’incompatibilité d’humeur avec un/son responsable», ajoute Cyril Brégou.

A partir d’un certain âge, un autre paramètre surgit : la sécurité de l’emploi.

Négociation : arriver à fixer un salaire satisfaisant pour tous

Entretien d’embauche ou entretien annuel, pour tous, la négociation salariale est un temps fort de la vie en entreprise. Pour la réussir, autant savoir se mettre à la place de l’interlocuteur en face de soi pour ne pas paraître déraisonnable.

Les entreprises ont des budgets de hausse de salaire compris entre 1 et 2%. Certaines connaissent des gels, d’autres des budgets réduits, c’est pourquoi elles privilégient de récompenser ou de favoriser en premier les bons collaborateurs pour ne pas les voir partir», explique Cyril Brégou.

S’il est opportun de ne pas prendre les devants sur la question lors d’un premier entretien, il est tout aussi primordial d’oser afficher ses prétentions.

En cas de changement de poste, il est ainsi envisageable d’espérer une augmentation de l’ordre de 5 à 10%. En entretien semestriel ou annuel, c’est avant tout la faculté à savoir raisonner à partir d’éléments objectifs et quantifiables qui fera la différence.

Pour y arriver note Cyril Brégou :

il importe à chacun de préparer un dossier. Une sorte de bilan personnel de ce qui a été entrepris objectivement au cours des derniers mois pour argumenter efficacement.»

Réagissez !

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Vérification de sécurité * Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.