L’été : une période propice pour l’intérim ?

0

En progression constante, l’intérim connaît un franc succès pendant la saison estivale. Comment en tirer profit ? Quels profils sont les plus recherchés ? Le point avec Sébastien Archi, responsable des affaires économiques du Prisme (Syndicat des sociétés de Travail Temporaire).

Le constat est net, avec une croissance de 20 % comparé au reste de l’année, l’intérim offre d’autant plus d’opportunités en été. « En période estivale, le recours à l’intérim est plus fréquent. C’est la période des vacances. Il faut donc remplacer les salariés partis en congés et répondre au surcroît de production industrielle propre à cette saison », explique Sébastien Archi. L’intérim progresse chaque année pendant l’été, si en moyenne ce sont 600 000 intérimaires qui sont détachés en mission chaque jour, durant les mois de juillet et août 50 000 travailleurs supplémentaires viennent renforcer les effectifs, soit au total 650 000 actifs intérimaires quotidiens.

Comment se préparer ?

Si l’été est une période propice au travail intérimaire, mieux vaut prendre quelques précautions pour profiter au mieux des opportunités estivales. Pour un nouvel inscrit, il est recommandé de se présenter quelques semaines avant la période faste de juillet-août, pour prendre le temps d’établir un dossier complet, faire connaissance avec l’agence, et postuler pour les offres déjà disponibles. Pour une personne ayant déjà travaillé en intérim, la tâche est facilitée mais quelques préparatifs sont aussi à prévoir. « La relation de confiance établie avec l’agence suite aux expériences communes est un plus dans la recherche de missions. Pour autant, il est bon de faire le point avec son contact afin d’affiner sa demande. » Par ailleurs, pour les habitués comme pour les nouveaux inscrits, signaler régulièrement sa présence double ses chances de trouver du travail : « la personne travaillant en agence pensera spontanément à vous ! »

Quoi et pour qui

L’été, plus de 33 % des effectifs en mission ont moins de 25 ans. Car durant cette période, les jeunes sont tout simplement plus disponibles. En vacances scolaires, ils souhaitent acquérir une première expérience professionnelle et l’intérim leur permet d’entrer peu à peu dans la vie active.

L’été, les missions ouvrières composent en grande partie l’offre intérimaire, même si des postes de cadres pour des remplacements temporaires et des missions dans le tertiaire sont aussi proposés. L’intérim cadres propose durant cette période des opportunités pour les métiers commerciaux, de finance-comptabilité, en recherche et développement ou encore en production.

L’industrie est un secteur important puisqu’il employait 39 % des effectifs intérimaires en 2009, suit le tertiaire avec 38 % et le bâtiment avec 23 %. En été, la restauration, l’hôtellerie et l’entreposage offrent chaque année beaucoup de missions. L’intérim peut aussi proposer des missions originales, en région balnéaire par exemple, certains professionnels du tourisme passent par l’intérim pour trouver des plagistes expérimentés. « En revanche, les emplois saisonniers dans l’agriculture, comme les vendanges ou les cueillettes de fruits, sont souvent des contrats salariés et non des missions d’intérim. Saisonniers par nature, ces postes en CDD sont dispensés des primes de fin de missions », remarque Sébastien Archi.

Quelles évolutions possibles ?

Environ 25 % des emplois intérimaires débouchent sur un CDD ou un CDI, une statistique valable tout au long de l’année. « L’été n’est pas une période qui privilégie particulièrement cette évolution puisqu’en règle générale il s’agit de missions de remplacement ou de surcroît d’activité ponctuel en prévision de la rentrée. Cependant l’intérim reste un tremplin efficace vers l’emploi. » Car les agences d’emploi sont de plus en plus nombreuses à jouer un rôle d’intermédiation pour les recrutements de leurs clients. Or elles placeront en priorité en CDD ou en CDI les candidats ayant déjà fait leurs preuves en intérim.

« Le but des intérimaires n’est pas toujours d’évoluer vers un emploi longue durée, note le responsable économique du Prisme. Les conditions relatives à ce type de contrat conviennent souvent très bien à ceux qui y ont recours. Car l’intérim permet la diversité des missions, offre un salaire plus élevé grâce à l’indemnité de congé payé et la prime de fin de mission, et propose des solutions adaptées aux possibilités des étudiants. »

Alix Coudurier

Réagissez !

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Vérification de sécurité * Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.