Management et amitié font-ils bon ménage ?

0

Une bonne ambiance au travail est généralement idéale pour une meilleure efficacité, et être ami avec ses collègues aide à la maintenir. Toutefois, la situation est plus délicate lorsqu’il s’agit d’une relation avec un rapport hiérarchique. Fait-il bon être amis entre manager et managé ? Deux professionnels donnent leur opinion.

Oui : management et amitié peuvent avoir un impact positif

Eglantine Javellaud

A partir du moment où l’on se dit que ce n’est pas parce qu’on est amis qu’on peut tout se permettre et qu’il n’y a plus de frontière, l’amitié entre manager et managé ne pose pas problème, elle peut même avoir un impact positif sur la relation de travail et sur l’entreprise »,

Eglantine Javellaud, responsable RH chez CREDIXIA.

Le véritable atout d’une amitié entre manager et managé serait avant tout la relation de confiance, d’après Eglantine Javellaud.

Il y a ce côté vrai, authentique. Si quelque chose ne va pas, on va me le dire tout de suite, et la critique passera mieux, les échanges seront simplifiés, il n’y aura pas ce côté politique que l’on peut retrouver ailleurs. Certains diront que nous ne sommes pas obligés d’être amis pour que le management se passe ainsi, mais je pense que cela facilite les relations. »

La reconnaissance et la communication sont facilitées lorsqu’on est proche.

Dans une entreprise où il n’existe pas de relations aussi soudées, on attend beaucoup plus de reconnaissance de son manager alors qu’entre amis celle-ci est évidente. »

Les avantages ne se retrouvent pas qu’au niveau individuel : ils sont aussi flagrants pour l’entreprise, même s’ils demandent un minimum d’autodiscipline.

C’est positif pour la réactivité. Comme nous nous voyons régulièrement en-dehors du travail, nous échangeons plus facilement sur certains sujets, au moment où l’on y pense. Cela peut aussi avoir un effet négatif pour l’équilibre entre le travail et la vie personnelle, mais il est assez facile d’apprendre à faire la part des choses. Il suffit de se fixer certaines règles : de se dire, premièrement, qu’on ne parle pas boulot pendant le déjeuner par exemple, et deuxièmement, qu’on ne va pas demander au manager quelque chose qu’on ne demanderait pas à un autre juste parce qu’on est amis. »

Au final, l’important pour s’assurer que tout se passe bien est de se tenir à certaines règles simples, et ni l’amitié, ni le travail ne risquent de souffrir de la relation préexistante, au contraire !

Non, il y a trop de risques, il faut prendre des précautions

Pascal Grémiaux

Il y a deux types de relations au travail. Celles où il n’y a pas de pouvoir décisionnel ni de relations hiérarchiques, et celles où il y en a. Dans le premier cas, l’amitié ne pose pas de problème car il n’y a pas de conflit d’intérêt possible. Dans le second cas en revanche, cela peut devenir problématique. »

Pascal Grémiaux, président et fondateur d’Eurécia

Selon Pascal Grémiaux, l’un des premiers risques lorsqu’il existe une amitié entre un manager et un subordonné est le biais de jugement.

Il y a un risque de favoritisme, qu’il s’agisse de détails comme d’attribuer la « bonne place » au bureau, près de la fenêtre, ou de choses plus significatives comme l’affectation des tâches, les augmentations de salaire, l’attribution de promotion, etc. Et ce type d’attitude, s’il est confirmé, peut être très négatif, risquer de casser la cohésion de l’équipe, de provoquer des frustrations. Quant au salarié « favorisé », il risque de se demander s’il a vraiment mérité sa promotion ou ses encouragements. »

Sans oublier les situations difficiles et les conflits qui peuvent survenir en entreprise.

Il est plus difficile de recadrer un ami. Et si cela se passe mal, on risque à la fois de perdre un collaborateur efficace et un ami. Cela dit, en fonction de la maturité du management et de la relation, à partir du moment où le contrat est connu de part et d’autre et où chacun accepte d’être le plus neutre possible, l’amitié n’est pas forcément un obstacle. »

Et puis, les amis doivent aider à décompresser, et il devient difficile de parler de ses problèmes de travail à un confident lorsqu’il s’agit de son manager !

Il faut aussi penser à la proximité permanente. Il y a des personnes avec qui on apprécie de passer une soirée, mais sept heures par jour, cinq jours sur sept, c’est trop ! Ce n’est pas totalement incompatible, mais il faut faire attention. En fait, il faut être capable de s’évaluer, en tant que manager ou managé. S’il y a un doute sur la capacité à assumer cette double relation et que vous avez le choix, mieux vaut préserver la relation d’amitié. »

En définitive, à condition de prendre les précautions nécessaires et de faire preuve de bonne volonté, la situation peut être gérable, mais de manière générale, les risques de dérive sont élevés.

Réagissez !

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Vérification de sécurité * Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.