Métiers en tension : Expectra dévoile son étude 2010

0

La toute nouvelle étude d’Expectra témoigne d’un paradoxe : malgré la crise et l’augmentation du nombre de chercheurs d’emploi, les recruteurs peinent toujours à recruter dans plusieurs filières.

Informatique, ingénierie, finance, commercial,… autant de domaines dans lesquels les candidats manquent à l’appel.

Incompatibilité entre compétences recherchées et profils disponibles, salariés préférant rester en poste plutôt que de tenter leur chance ailleurs, entreprises peu enclines à ouvrir leurs critères de recrutement… les raisons des tensions sont multiples et complexes. Le point sur ces métiers toujours en pénurie en 2010.

Informatique et télécoms

Dans l’informatique et les télécoms, les recruteurs exigent à présent de bonnes capacités en communication et parfois en gestion de projets, en plus des compétences techniques. D’où une difficulté de recrutement accrue sur certains profils, en particulier pour les techniciens support de niveau 3 (appelés à résoudre les incidents complexes), les techniciens télécoms, les ingénieurs sécurité, les chefs de projet NTIC et les ingénieurs développement.

« Les ingénieurs JAVA font partie des plus durs à trouver, surtout en province », précise Evelyne Achache, administratrice du Syntec Recrutement. Sur Paris en effet, les recherches se révèlent un peu moins compliquées, la région étant plus attractive pour ces professions.

La solution pour parer à la pénurie ? Recruter des profils généralistes et les former aux besoins spécifiques des entreprises, selon Evelyne Achache : « de plus en plus, les SSII mettent en place des systèmes de tutorat dans ce but ».

Consultez les fiches des métiers en tension :

Technicien support niveau 3
Technicien télécoms
Ingénieur développement
Ingénieur sécurité
Chef de projet NTIC

Ingénierie et industries

L’industrie est l’un des secteurs à avoir le plus souffert de la crise. Pour autant, le marché de l’emploi reprend. « Il y a un peu moins de demandes qu’au cours des cinq dernières années sur les techniciens de maintenance, mais il y a si peu de candidats qu’il reste difficile de pourvoir les postes », remarque Evelyne Avache.

C’est dans la R&D que les recruteurs rencontrent le plus de problèmes : « si l’entreprise est attractive, les candidats s’y dirigent d’eux-mêmes. Mais les PME peinent à trouver leurs nouvelles recrues ». Encore une fois, la crise est passée par là : les professionnels préfèrent intégrer un grand groupe qui leur assurera une relative stabilité en cas de situation économique difficile, plutôt qu’une entreprise de taille moyenne qui risque de souffrir. Le domaine le plus attractif ? Les industries de pointes, avec près de 60 % des ingénieurs R&D souhaitant y travailler.

Parmi les autres métiers en tension dans la filière, citons les dessinateurs projeteurs, ingénieurs logistique et acheteurs industriels.

Consultez les fiches des métiers en tension :

Technicien de maintenance
Dessinateur projeteur
Ingénieur logistique
Ingénieur R&D
Acheteur industriel

Comptabilité et finance

Visant la rationalisation des coûts, les employeurs soignent leurs professionnels en comptabilité et finances. « Le comptable unique fait partie des postes qui ont le moins souffert de la crise », observe d’ailleurs Evelyne Avache.

Tout comme le gestionnaire de paie. « Ce métier est souvent considéré comme un tremplin » : les gestionnaires de paie restent en général à leur place pendant deux ou trois ans avant de s’orienter vers la comptabilité, les ressources humaines, ou l’encadrement. Les postes sont donc difficiles à pourvoir, surtout pour les profils expérimentés.

De son côté, Maxime Mazloum, président de la commission sociale et formation du Syntec ingénierie, s’intéresse au cas des juristes d’entreprise : « la maîtrise du droit des marchés internationaux, et notamment du droit européen, est recherchée car les codes sont très différents d’un pays à l’autre ». Les spécialistes expérimentés en droit économique et en droit des sociétés figurent également parmi les profils rares que les entreprises s’arrachent.

Les credit managers et contrôleurs de gestion font également partie de ces métiers en tension, surtout dans l’industrie qui a besoin d’optimiser ses coûts de production.

Consultez les fiches des métiers en tension :

Gestionnaire de paie
Comptable unique
Contrôleur de gestion industriel
Juriste en entreprise
Credit Manager

Commercial et marketing

« Si on pouvait conseiller aux futurs commerciaux de commencer par une formation technique, ce serait l’idéal », estime Evelyne Achache, du Syntec Recrutement. En effet, les ingénieurs commerciaux experts des domaines de pointe sont très prisés des employeurs.

Tout comme les responsables commerciaux expérimentés et bilingues, qui sont une denrée rare. D’autant qu’ils restent peu enclins à changer de poste, éprouvés par la pression subie pendant la crise. Du côté des nouvelles technologies, les responsables marketing experts du web et du mobile sont particulièrement courtisés. Car face à une demande croissante, les profils expérimentés dans ce domaine émergent sont bien peu nombreux.

Pour pallier ces pénuries persistantes, un changement de stratégie s’impose du côté des recruteurs, encore trop frileux sur l’ouverture de leurs critères. L’évolution serait amorcée, selon Benoît Herbert : « les entreprises font de plus en plus d’efforts pour recruter des potentiels plutôt que des diplômes », souligne le directeur général de l’ISTEC (Institut supérieur des sciences, techniques et économies commerciales). Reste à savoir si ces efforts se généraliseront dans les années à venir, un défi incontournable dans un contexte de plus en plus instable et complexe.

Consultez les fiches des métiers en tension :

Ingénieur commercial
Responsable commercial
Responsable marketing web
Community manager

Réagissez !

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Vérification de sécurité * Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.