Salaire, une légère augmentation due au répit de 2011

0

Sans surprise, la morosité économique européenne a eu un impact sur les évolutions salariales enregistrées en 2012.

Toutefois, comme nous l’apprend la 10ème édition du baromètre des salaires cadres d’Expectra, le dynamisme reste de mise avec une augmentation moyenne de 2,4 % contre 2,9 % l’an passé.
Pleins feux sur les grandes tendances de ce nouveau baromètre placé sous le signe de la modération salariale.

Certes les salaires des cadres ont continué de croître en 2012, mais ce dynamisme mérite d’être nuancé.

La majorité des hausses salariales a été enregistrée en début d’année, souvent en récompense des résultats obtenus en 2011, constate Didier Gaillard, Directeur Général d’Expectra. Avec la dégradation économique actuelle, il est légitime de se demander si les entreprises délivreraient les mêmes augmentations aujourd’hui. »

Le contrôle des coûts, thématique phare

Salaire, une légère augmentation due au répit de 2011Prudence et modération sont effectivement devenues deux mots clés dans les stratégies mises en œuvre par les entreprises. Une tendance forte qui profite pleinement à la filière comptabilité et finance. Grande gagnante de ce baromètre 2012, elle affiche la plus belle hausse salariale avec +4,1 %.

« Le responsable comptable enregistre la plus forte dynamique, note Didier GaillardLes entreprises ont effectivement besoin de contrôler au plus près leur flux de trésorerie et de structurer ces services pour gagner en efficacité. »

Maîtrise d’un ERP, de l’anglais, des normes comptables internationales… Dans ce secteur, les compétences pointues font également la différence en termes de rémunération.

L’ingénierie et l’industrie se classent juste derrière avec une hausse des rémunérations de 2,7 %. Vient ensuite la filière commercial et marketing (+2,1 %), suivi du domaine RH et juridique (+1,1 %) et enfin de l’informatique et des télécommunications (+0,6 %).

« La stagnation de cette filière n’est pas une surprise, explique le Directeur Général d’Expectra.Amorcée l’an passé, elle est due à deux raisons essentielles. D’une part, la pénurie de compétences souvent mise en avant ne correspond pas toujours à la réalité. D’autre part, le business model des SSII qui effectuent 80 % des embauches sur ce marché, subit de plein fouet les problèmes de rentabilité et de gestion des coûts. »

Le variable gagne du terrain

Certains l’imaginent encore comme un élément de rémunération propre aux fonctions commerciales. Les dernières données recueillies par Expectra dans le cadre de son baromètre et de son partenariat avec Viadeo, mettent pourtant en évidence une montée en puissance du variable.

« Les entreprises s’appuient sur cet élément pour fidéliser l’ensemble de leurs cadres, pas seulement leurs commerciaux mais aussi les ingénieurs, les comptables… remarque Didier Gaillard. Cette tendance s’affirme de plus en plus. »

Ce phénomène s’accompagne également d’une atomisation des rémunérations.

« On observe effectivement la création de marchés de niche sur les salaires, analyse Didier Gaillard. Les politiques de rémunération s’individualisent avec parallèlement de plus en plus de spécificités soit par secteur, soit par métier, soit par région. »

Des grandes tendances qui inspirent à Didier Gaillard plusieurs conseils aux candidats :

«Qu’elle soit transverse ou géographique, la notion de mobilité est à prendre en compte pour évoluer en termes de rémunération. Ils doivent aussi prendre conscience de l’importance croissante de la part variable. »

Enfin au-delà du salaire, il est aussi nécessaire de considérer la capacité de l’entreprise à accompagner, « que cela soit par la formation, ou les évolutions de postes ». Les entreprises sont d’ailleurs de plus en plus enclines à mettre l’accent sur le développement des compétences de leurs collaborateurs.
Elles doivent toutefois faire attention sur un point recommande le Directeur Général
d’Expectra : « même s’il est logique que les process de recrutement s’allongent avec la conjoncture, trop étirer les délais peut aussi faire fuir certains talents. »

Réagissez !

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Vérification de sécurité * Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.