Sud-ouest : la reprise se profile doucement

0

Après un premier semestre dynamique, boosté par un nombre croissant de recrutements en CDI, la rentrée s’annonce plus difficile dans la région sud-ouest.

 


leila-michaut« L’activité recrutement en CDI a connu, en début d’année, une croissance très marquée de l’ordre de 50 % par rapport à 2010 »
annonce Leila Michaut, responsable régionale sud-ouest pour Expectra. Une embellie qui ne semble pas s’inscrire dans la durée puisqu’après un premier semestre faste, la région doit composer, depuis le mois d’août, avec une « baisse relative de l’activité. »

Cet essoufflement se répercute sur les métiers fonctionnels de la comptabilité, la finance, le contrôle de gestion, la communication, le marketing ainsi que l’assistanat. Et plus généralement « sur les fonctions support non liées à la production. »

Les ingénieurs plébiscités

Certaines filières semblent toutefois être épargnées par cette tendance. « Les profils d’ingénieurs et de techniciens spécialisés dans tous les domaines de l’aéronautique sont particulièrement courus par les entreprises du pôle de compétitivité Aerospace Valley, à Toulouse », indique Leila Michaut.

Seul bémol : ils se font particulièrement rares dans les régions de l’Aquitaine et du Midi-Pyrénées, forçant les recruteurs à se tourner vers les candidatures des pays étrangers.

Les commerciaux ont la cote

Peu impactés par la crise économique, les profils de commerciaux continuent d’intéresser les recruteurs. Toutefois, leurs exigences deviennent de plus en plus pointues. « Un technico-commercial ou un responsable de secteur qui aurait travaillé dans divers domaines d’activité ne devraient pas avoir de difficulté à trouver un poste. Désormais, c’est l’expérience qui compte plus que le diplôme », explique Leila Michaut.

Des projets créateurs d’emplois

La future ligne à grande vitesse reliant, d’ici 2017, Bordeaux à Paris devrait favoriser la création d’emplois. Les profils d’ingénieurs ferroviaires devraient notamment sortir leur épingle du jeu.

À Toulouse, l’aménagement de l’ancien site AZF devrait aussi être générateur d’emplois puisque des laboratoires, des centres de recherches et des programmes immobiliers devraient voir le jour d’ici 2013.
Enfin, sur le campus de Langlade, l’Oncopôle devrait à lui seul créer 4 000 emplois. Les ingénieurs en R&D ont donc de beaux jours devant eux.

Réagissez !

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Vérification de sécurité * Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.