Vie pro et vie perso : mélange positif ou explosif ?

0

Ramener du travail à la maison, passer des appels privés durant les heures de bureau, monter une boîte avec son ami d’enfance ou aller boire un verre entre collègues… Autant de pratiques devenues banales. Mais ce mélange des genres peut s’avérer à double tranchant.

Le blurring ou l’art de brouiller les frontières

À l’ère du digital, cloisonner les différents domaines de sa vie devient compliqué. Comment en effet être à 100% « au bureau » ou « à la maison » quand le téléphone nous rend (virtuellement) disponible à toute heure ? Ce phénomène d’entremêlement des sphères personnelles et professionnelles se nomme le blurring (de l’anglais to blur : rendre flou).

Selon une enquête réalisée par Ipsos auprès de salariés européens, « parmi les personnes interrogées, 67 % reconnaissent être sollicitées par leur travail en dehors des horaires professionnels. A l’inverse, 62 % indiquent régler des problèmes personnels pendant les heures de travail. « ‘Cette proportion est sensiblement la même dans tous les pays quelles que soient les cultures’, reconnaît Antoine Solom, qui a mené l’enquête pour Ipsos », rapporte Dominique Gallois du Monde.

Une mutation qui concerne plus particulièrement les cadres, si l’on en croit un article de Léa Turquier, Xavier Legentil et Aurélie Theron pour Ipsos. Selon eux, « l’effacement de la frontière entre vie privée et vie professionnelle » témoigne d’une véritable « mutation des modes de vie de ces hauts revenus dans une économie globalisée ».

Les avantages :

Mélanger vie professionnelle et vie personnelle peut être un bon moyen d’arriver à les concilier, et de parvenir à cet équilibre si convoité. Vous avez passé 30 minutes à régler une question de garde d’enfant pendant que vous étiez au boulot ? Vous pourrez toujours consacrer une demi-heure à vos dossiers ce soir ou cette fin de semaine, chez vous.
Le phénomène mondial du blurring, aidé par la technologie mobile, est considéré comme positif par 79% des sondés d’Ipsos : « Les équipements mobiles ont de toute évidence permis d’accéder à une sorte de « super pouvoir » pour nos cadres, les voilà devenus nouveaux maîtres du temps. » Parmi les avantages recensés : rester en contact avec sa famille, mieux gérer ses responsabilités et organiser son temps, travailler plus librement, mais aussi augmenter sa performance au travail et ainsi accélérer sa carrière.

Les risques :

En excès ou mal maîtrisé, le blurring peut mener à l’éparpillement, et donc à une perte de concentration et d’efficacité. Il peut aussi générer un surplus de stress et l’impression d’être submergé : la porosité des frontières entre travail et vie privée ouvre en effet la porte à certains abus. Exemple : un manager qui vous considère comme joignable 24h/24, au détriment de votre vie personnelle et familiale.

La confusion entre la vie privée et professionnelle peut s’avérer perturbante, confirme l’article d’Ipsos ; 61 % des Français estiment ainsi que « posséder un équipement professionnel utilisable à distance nuit à la vie privée », et 59 % d’entre eux « pensent que c’est une source de stress (…). Ils sont d’ailleurs la moitié à se sentir coupables de ne pas passer plus de temps avec leurs proches. »

La solution :

  • Prioriser.
    Au travail : Un parent malade est un problème qui mérite de faire patienter vos dossiers 10 minutes. Mais l’organisation d’une soirée d’anniversaire sur les réseaux sociaux peut sûrement attendre la pause-déjeuner ! Même chose à la maison : cet appel d’un client le dimanche vaut-il le temps et la qualité de présence dérobés à vos proches ?
  • Ne pas hésiter à poser ses limites.
    Que vous rentriez le soir retrouver une famille nombreuse ou votre chat et un verre de vin, vous avez parfaitement (et légalement) droit à la déconnexion. De la même manière, apprenez à vos proches à respecter votre temps de travail lorsque la situation n’exige pas de vous déranger.

Selon Turquier, Legentil et Theron, « C’est de moins en moins le lieu de travail qui compte mais plus le moment du travail. Ne vous demandez plus si vous êtes au travail ou à la maison, mais bien si vous êtes dans un temps de travail ou dans un temps privé, rythmique alternant connexions et déconnexions quel que soit l’endroit où vous vous trouvez. »

Trop amis pour être collègues ?

La sagesse populaire déconseille de mélanger affaires et amitié. Pourquoi ? Le risque de mésentente serait élevé. Pourtant, il n’est pas rare de voir des amis fonder une entreprise, ou encore des collègues de travail devenir unis comme les doigts de la main.

Les avantages :

Quoi de plus agréable que d’aller tous les jours travailler avec quelqu’un que l’on apprécie vraiment ? Et quelle meilleure façon de créer ou resserrer des liens que de partager un objectif –professionnel- commun ? De plus, quand on prend plaisir à travailler, c’est bien connu, notre efficacité est décuplée.

Les risques :

On peut au contraire se retrouver à marcher sur des œufs et à stresser davantage. Soit parce que votre meilleur ami si détendu au quotidien se révèle psychorigide et susceptible en affaires, soit car la pression devient soudain trop élevée : votre activité et une amitié sont désormais en jeu ! Et puis un conflit avec des collègues de travail est déjà stressant… imaginez un conflit avec votre groupe d’amis et associés.

« Entretenir une amitié pérenne avec un collègue est difficile », constate Quentin Périnel pour Le Figaro. « Bien souvent, une amitié qui débute au travail se termine pour des raisons qui peuvent toucher toute entreprise: compétition, rapports hiérarchiques difficiles à gérer, jalousie, amitié mise en péril par une tierce personne… »

La solution :

Savoir dans quoi l’on s’embarque et définir les attentes de chacun au préalable. Un peu comme pour un contrat de mariage, il vaut mieux se préparer au pire pour pouvoir profiter du meilleur en toute tranquillité. «Pour éviter qu’une amitié qui démarre au boulot soit mise en péril, il faut se dire les choses, y compris lorsque c’est désagréable », conseille le consultant en management Christophe Réville, interrogé pour Le Figaro.

Accepter que la vie comporte des risques et que vous ne pourrez de toute façon pas tout maîtriser, même en faisant preuve de bon sens et de prudence… Il serait dommage de laisser vos peurs vous priver d’une belle amitié (ou d’une belle entreprise), n’est-ce pas ?

Mélanger travail et vie personnelle permet une plus grande fluidité dans l’organisation du quotidien (et donc un bien-être amélioré). Attention toutefois à ce que l’une des deux sphères n’empiète pas sur l’autre : vous devez rester capable de vous concentrer au bureau, et décrocher à la maison. En bref, oui au blurring, non au « mixing » !

Vous souhaitez en savoir plus sur le sujet ?

Nous avons interrogé Franck Ropers, ancien athlète de haut niveau, aujourd’hui coach de vie et youtubeur au million d’abonnés, sur cette nouvelle tendance au blurring. Il nous partage sa vision et ses conseils sur le temps de travail.

Réagissez !

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Vérification de sécurité * Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.