Est-il bon d’avoir la bougeotte sur le CV : expériences vs fidélité ?

0

Avec des changements majeurs dans le monde professionnel, de nouveaux besoins se créent et les regards évoluent dans la gestion des ressources humaines aujourd’hui. La multiplication des expériences serait ainsi désormais valorisée au profit de la fidélité en entreprise. Mais comment expliquer cette transformation ?

Deux experts se penchent sur la question.

Oui, il est bon d’avoir la bougeotte sur un CV, car la polyvalence et la multiplication des expériences est en plein essor.

Christopher

Aujourd’hui les employeurs et recruteurs ont besoin de collaborateurs qui vont savoir s’adapter rapidement à différentes situations et organisations. Un candidat qui est resté fidèle à son entreprise durant plusieurs années n’est pas forcément vu d’un bon oeil »,

Christopher, auteur du blog Trouve un job.fr, expert en ressources humaines et accompagnant de personnes en recherche d’emploi.

Pour Christopher, le phénomène de « bougeotte » et de multiplications d’expériences sur un CV s’explique par les mutations en entreprise et au sein de notre société. Il détaille sa vision :

Actuellement avoir la bougeotte sur un CV est un critère qui est pour moi déterminant et qui doit être mis en valeur. Le changement est une notion très importante pour les entreprises : elles sont en perpétuelle évolution pour rester concurrentielle, pour se réinventer, pour créer de nouveaux services, de nouveaux produits et pour s’adapter à leur marché. »

D’un point de vue managérial, la diversification des expériences est un atout qui va être de plus en plus apprécié car elle laisse place à des soft skills en phase avec la transformation des entreprises.

Les personnes qui ont la bougeotte, ont de fait cette capacité d’adaptation et une acceptation du changement bien supérieure à la moyenne. Il y a là une qualité très importante, celle de savoir sortir de leur zone de confort. Cela démontre une forte faculté d’apprentissage. Une personne qui multiplie les expériences va être capable de s’adapter à différentes situations, de modifier ses habitudes, de se remettre en question. Des qualités recherchées par beaucoup d’employeurs et de recruteurs. »

Selon Christopher, les besoins évoluent, la mobilité aussi. Pour rebondir, il est essentiel d’acquérir des compétences qui vont être judicieuses d’un métier à un autre.

« C’est une fausse croyance d’imaginer que l’on a besoin de collaborateurs stables en entreprise. A présent, ceux qui sont en avance sur leur temps et qui vont avoir un profil beaucoup plus employable que les autres, ce sont les profils qui ont multiplié les expériences car ils sont agiles. Une personne n’est pas un métier. Nous sommes tous une somme de compétences, transférable d’un métier à un autre. », conclue-t-il.

En résumé, multiplier les expériences sur un CV est essentiel pour s’adapter au monde professionnel dynamique de demain.

Sur ce point, notre second expert apporte une nuance sur la décision de mobilité et de changements en entreprise.

Non, la bougeotte sur un CV n’est pas entièrement ce qui détermine une carrière réussie demain.

Brieuc Deloire

En fait, il est important aujourd’hui d’être acteur de son développement et de son parcours de carrière. Maintenant, je pense aussi que chaque mobilité, chaque mouvement, que ce soit à l’intérieur de l’entreprise ou à l’extérieur, doit être justement réfléchi »

Brieuc Deloire, spécialiste en ressources humaines pour une grande entreprise française de cosmétiques.

Il partage son avis :

Pour moi, cette question est à nuancer. Le fait d’être acteur de son parcours professionnel est bien évidemment un facteur d’employabilité aux yeux du recruteur car cela montre une gestion de carrière dynamique de la part du collaborateur. Maintenant, à chaque mobilité, on peut s’interroger sur ce qui l’a engendrée – c’est pour moi l’aspect le plus pertinent à regarder. Quels facteurs ont conditionné cette mobilité ? Les missions actuelles, le manager, l’environnement de travail, la culture d’entreprise ou d’autres facteurs extérieurs… »

L’expérience du candidat est aujourd’hui à mettre en perspective avec des parcours spécifiques proposés par les entreprises.

Cela dépend également de la structure dans laquelle évolue le collaborateur : en effet, une grande entreprise pourra offrir un parcours de carrière – et donc des possibilités de postes différents – plus diversifié qu’une petite entreprise. Dans le cas de ces petites structures, on pourra alors aller sur le thème de « l’extended company » ou comment favoriser une mobilité professionnelle ancrée dans un bassin d’emploi local. »

Les entreprises jouent sur la fidélité, une fidélité à différents niveaux et en lien avec les souhaits des employés.

Cela étant, on peut avoir d’un côté une personne experte d’un domaine de compétences et qui est passée par différentes entreprises, et de l’autre côté, une personne qui est restée au sein de la même grande entreprise mais qui a occupé plusieurs postes. Par conséquent tout dépend de ce que la personne recherche… Va-t-elle changer d’entreprise parce qu’elle veut élargir le spectre de ses missions, de son poste ; va-t-elle aller dans une autre entreprise pour capitaliser sur ses expériences et pourquoi pas, construire dans un environnement différent. »

En somme, un collaborateur fidèle ou non à une entreprise peut être spécialiste. Toutefois, pour favoriser son employabilité il doit être avant tout acteur du changement qui s’opère en entreprise et dans les carrières de demain.

 

Réagissez !

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Vérification de sécurité * Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.