Etudiant entrepreneur, mode d’emploi

0

C’est bien connu, la valeur n’attend pas le nombre des années… Alors que le chômage touche encore aujourd’hui plus de 23 % des moins de 25 ans, de plus en plus d’étudiants décident de créer leur propre emploi en se lançant dans un projet entrepreneurial. Comment mener de fronts études et création d’entreprise ? Focus sur le statut national étudiant-entrepreneur.

Kézako ?

Lancé le 15 septembre 2014 par le ministère de l’Education nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, le statut national étudiant-entrepreneur permet aux étudiants et aux jeunes diplômés d’être accompagnés dans un projet de création ou de reprise d’entreprise.

Qui a le droit ?

Ce dispositif est accessible à tout détenteur du baccalauréat ou niveau équivalent, étudiant en cours d’études ou jeune diplômé, et ce quels que soient sa filière, le statut de son établissement et son âge. Toutefois, les étudiants de moins de 28 ans bénéficiant du statut social étudiant sont prioritaires. Le statut national étudiant-entrepreneur est valable pour une année universitaire, de septembre à septembre.

Pléthore de bénéfices

Les avantages d’un tel dispositif sont nombreux. Le statut national étudiant-entrepreneur permet aux étudiants en cours de formation d’aménager leur emploi du temps et leurs crédits ECTS (mesures quantitatives délivrées par les établissements scolaires, permettant de valider les années d’études). Le projet d’entreprise peut également remplacer un stage obligatoire prévu dans le cursus.
Autres atouts non négligeables, ce statut fournit aux étudiants une aide à la recherche de financements, un accompagnement personnalisé par un enseignant et un référent externe, une mise en réseau avec des partenaires professionnels, sans oublier un accès à un espace de coworking. Il offre également la possibilité de signer un Contrat d’Appui au Projet d’Entreprise (CAPE) auprès d’une structure de type couveuse ou coopérative d’activité et d’emploi (CAE) pour tester son projet, développer son activité et apprendre le métier de chef d’entreprise en se confrontant directement au marché. Enfin, il ouvre droit à l’obtention du Diplôme d’établissement étudiant-entrepreneur (D2E) permettant ainsi d’enrichir son CV, mais aussi de proroger la couverture sociale étudiante pour les jeunes diplômés.
L’inscription au D2E est obligatoire pour les jeunes diplômés et fortement recommandée aux étudiants en cours d’études. Celui-ci valide in fine les compétences acquises par l’étudiant dans le cadre de son projet. Son coût d’inscription ne peut excéder 500 euros par an.

Comment obtenir ce statut ?

Il suffit de déposer sa candidature sur le site du ministère de l’enseignement supérieur. Un comité d’engagement du PEPITE (Pôle Etudiants pour l’Innovation, le Transfert et l’Entrepreunariat) examine les candidatures et valide ou non les projets sur la base des critères de qualité et de réalité, mais aussi au regard de la qualité et de la motivation du porteur de projet lui-même. La PEPITE est un collectif d’établissements d’enseignement supérieur (universités, écoles de commerce, écoles d’ingénieurs), d’acteurs économiques et de réseaux associatifs concentrée en un même pôle. Il existe actuellement 29 PEPITE répartis sur tout le territoire français.

Réagissez !

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Vérification de sécurité * Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.