Grenoble : un environnement favorable pour l’emploi qualifié

0

Un tissu de PME innovantes, de grands groupes français et internationaux et des secteurs porteurs à l’instar des services du numérique, de la recherche et du médical… Si le niveau de recrutement en intérim est en baisse dans l’agglomération grenobloise, le dynamisme de l’emploi est amplement soutenu par la hausse des demandes en CDD et CDI de profils experts.

D’après la Chambre de commerce et d’industrie de Grenoble, la capitale des Alpes arriverait en tête du classement des aires urbaines pour l’emploi dans les secteurs innovants. Elle se classe en deuxième position derrière l’Ile-de-France en matière de recherche civique ainsi que d’emplois pour les ingénieurs. Il s’agit aussi de la cinquième zone la plus étudiante de France.

Sylvie Plantier

Laurence Plantier

Attractive, la ville de Grenoble attire en plus les investissements internationaux, créateurs d’emplois à leur tour »

indique Laurence Plantier, manager chez Expectra.

Secteurs porteurs

Parmi les domaines pourvoyeurs, l’activité est tournée vers la recherche et les nouvelles technologies dans le médical. Des entreprises comme Roche à Meylan, Trixell à Moirans ou Minitubes confirment la présence d’une économie très spécialisée. Celle-ci fait la part belle à l’innovation en recherche et développement. Autre secteur de premier plan, celui des prestations informatiques. Une tendance symbolisée par la bonne santé d’Hardis. Le groupe, spécialisé dans les solutions web, recrutera 110 collaborateurs cette année dont 35 % à Grenoble. « La ville profite aussi de la présence de pionniers du commerce en ligne comme Spartoo ou Made in Design implanté à Echirolles », ajoute Laurence Plantier.

D’autre part, plusieurs grandes enseignes comme STMicroelectronics, Becton Dickinson, Caterpillar, ou Hewlett-Packard catalysent à eux seuls 10 % de l’emploi privé. Le dynamisme de la région grenobloise est également soutenu par les nombreux centres  d’activités, des parcs à vocation scientifique et technologique comme Innovallée, ou plus industrielle comme Centralp.

Profils recherchés

La zone Europole, dans le secteur tertiaire, regroupe quant à elle de nombreux sièges administratifs et cabinets d’expertise. Ces derniers recrutent sur les fonctions support des comptables, auditeurs ou gestionnaires de paie. Sur la partie finance, les entreprises recherchent des professionnels en crédit management, contrôle de gestion ainsi que des profils de responsable SIRH. « Pour toutes ces fonctions, ce sont les profils expérimentés ayant minimum 5 ans d’expérience qui ont la cote. L’anglais est également souvent la langue de travail obligatoire alors qu’une expérience à l’international est la bienvenue », précise Laurence Plantier.

Dans l’High-Tech, ce sont les ingénieurs experts sur la partie Cloud et digitalisation des services qui sont particulièrement ciblés. Reconnue pour son excellence scientifique, c’est naturellement que l’agglomération continue de plébisciter des profils d’ingénieurs en tout genre.

De plus, d’après Sophie Cottin, consultante chez Expectra :

Grenoble possède de nombreuses belles PME, comme par exemple dans l’automobile, qui sont aujourd’hui en phase de recrutement principalement en CDI. Et ce, autant sur des fonctions intermédiaires que dans l’encadrement ».

Tout comme les nombreuses start-ups présentent sur le territoire. « Elles sollicitent de jeunes chefs de projet et autres ingénieurs sortant de cursus hyper-spécialisés », relève Sophie Cottin.

Réagissez !

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Vérification de sécurité * Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.