Les fonctions RH profitent de la reprise

0

Après deux années de turbulences, le ciel s’éclaircit pour les professionnels des ressources humaines. Qu’elles soient en phase de restructuration ou de développement, les entreprises ont besoin de DRH, de gestionnaire paye et d’assistants de direction. En concurrence sur les mêmes profils – qualifiés, expérimentés, opérationnels -, elles jouent sur les salaires pour recruter.

Les responsables ressources humaines ont la côte

La demande des entreprises sur cette fonction pivot a doublé depuis le début de l’année, provoquant une hausse des salaires à l’embauche de 8,2 %. Les PME ont notamment besoin de cadres expérimentés pour définir et piloter leur politique du personnel.

Dans tous les cas, l’expérience paye. Après cinq ans, un responsable RH perçoit un revenu médian de 42 740 euros, alors que le salaire d’un junior atteint 32 600 euros. D’un secteur à l’autre, la rémunération de ce professionnel varie peu. Son salaire médian atteint 43 879 euros dans la banque et l’assurance et 42 830 euros dans le transport et la logistique.

Gestionnaire paie : les salaires repartent en flèche

En 2010, la rémunération des gestionnaires et techniciens paie avait stagné. Cette année, ces profils en pénurie ont vu leurs salaires augmenter de 7,5 %. Les plus expérimentés tirent davantage leur épingle du jeu. Après cinq ans d’expérience, la hausse du salaire d’un gestionnaire paie flirte avec les 20 %, contre 8 % les premières années.

En Ile-de-France la rémunération médiane de ces professionnels est de 18 % supérieure à celle de Rhône-Alpes, région la plus rémunératrice pour les gestionnaires paie.

Directeurs cherchent bras droit

Comme pour les DRH, la demande des entreprises a doublé sur les postes d’assistants de direction de haut niveau, notamment multilingues et spécialistes de l’export. Leur rémunération à l’embauche augmente en conséquence : + 4,7 % en 2011. Entre 2 et 5 ans d’expérience, le salaire médian d’un assistant de direction s’établit désormais à 25 470 euros.

Au-delà, les rémunérations augmentent plus vite, un professionnel expérimenté en poste dans le secteur des biens d’équipement peut ainsi gagner jusqu’à 38 990 euros.

Réagissez !

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Vérification de sécurité * Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.