Les jeunes en ont-ils marre de chercher un emploi en France ?

0

Retour sur l’enquête réalisée par Deloitte France sur l’humeur des jeunes diplômés face au marché de l’emploi et leur recherche. Cette enquête compare les données entre janvier 2012, 2013 et 2014.

Depuis le début de l’année 2014, on assiste à une augmentation du nombre de jeunes en recherche d’emploi pour la période de janvier 2014 comparée à janvier 2013. En trois ans, le pourcentage d’étudiants en recherche d’emploi est passé de 45 à 49%.

La crise étant toujours d’actualité, de plus en plus de jeunes n’arrivent pas à trouver un emploi. Cela peut également s’expliquer par un grand nombre de jeunes qui malgré leurs recherches sont à la recherche de stages plutôt que d’un emploi afin d’améliorer leur CV pour leur futur carrière. En effet de plus en plus de jeunes sont même prêts à payer pour réaliser un stage en entreprise.

 

Actuellement, êtes-vous en poste dans une entreprise ou en recherche d’emploi ?

Actuellement, êtes-vous en poste dans une entreprise ou en recherche d’emploi ?

 

Parmi ces jeunes à la recherche d’un emploi, on observe une grosse majorité de moins de 25 ans (70% contre 40% chez les plus de 25 ans).

Les regards portés sur l’emploi diffèrent légèrement entre ceux qui sont en poste et ceux qui sont en recherche. Les étudiants en recherche trouvent qu’un emploi est un moyen de s’insérer dans la société plutôt qu’une source d’épanouissement personnel.

Cela est compréhensible à cause du stress engendré par des recherches non fructueuses. Leur avis est amené à changer à terme lorsqu’ils auront trouvé l’emploi de leur rêve.

Les étudiants en poste et en recherche s’accordent à dire qu’un emploi est un moyen de gagner sa vie à 63%. C ‘est encore plus flagrant chez les jeunes qui ont suivi des filières courtes qui trouvent qu’un emploi est une source de revenus à 75%.

 

Aujourd’hui un emploi est d’abord pour vous…?

Aujourd’hui un emploi est d’abord pour vous…?

 

Le regard des jeunes sur l’emploi est assez pragmatique et cela va de pair avec l’utilité des diplômes. 37% des jeunes interrogés admettent qu’un diplôme aide à trouver un emploi plus facilement. À noter que pour les filières courtes, ce pourcentage est de 47% et pour les étudiants en 3eme cycle universitaire cela descend à 21%.

On peut en conclure que les jeunes en filière courte ont un accès plus facile à l’emploi que ceux qui suivent un cursus universitaire « classique » et plus long.

Il est important de souligner que 13% de ces jeunes jugent les diplômes inutiles dans la recherche d’emploi. Est-ce que les compétences comme les soft skills et les expériences professionnelles prennent le pas sur l’importance des diplômes ?

Les jeunes sont négatifs quant à leur carrière en France

Mais d’où vient ce point de vue négatif sur l’emploi en France ? Il suffit de regarder comment se déroulent les recherches des personnes qui sont en poste pour y voir un peu plus clair.

Entre janvier 2013 et janvier 2014 le nombre moyen de CV envoyés est passé de 16 à 27 CV et le temps passé à chercher a légèrement augmenté de 10 à 11 semaines de recherche.

Même constat de l’autre côté pour les jeunes qui sont toujours en recherche d’emploi. La durée de la recherche d’emploi est passée de 15 à 22 semaines pour les moins de 25 ans et 30 semaines pour les plus de 25 ans.

Il est de plus en plus dur pour un jeune de trouver un premier emploi en partie à cause du manque de correspondance entre les annonces et leurs profils, d’où l’importance du matching dans le recrutement, d’un manque de réponse des recruteurs ou encore d’un réseau peu développé.

Les jeunes, qui ne trouvent pas rapidement un emploi, sont de plus en plus démotivés et de moins en moins confiants quant à leur recherche d’emploi pour les six prochains mois. Depuis 2012, le nombre de jeunes confiants de trouver un emploi dans les prochains mois est passé de 49% a 43%.

Partir à l’étranger, une solution pour les jeunes ?

Alors qu’ils sont de moins en moins confiants quant à leur avenir professionnel en France, beaucoup de jeunes opte pour une délocalisation à l’étranger. 55% de ces jeunes ne comptent pas partir plus de cinq ans à l’étranger et l’objectif y est surtout de travailler dans un environnement culturel différent (58%), travailler dans un milieu professionnel positif (50%), apprendre ou progresser dans la maîtrise d’une langue étrangère (45%).

Le top quatre des destinations choisies par les jeunes français sont :

  1. Le Canada avec 37%
  2. Les États-Unis avec 32%
  3. Le Royaume-Uni avec 26%
  4. L’Australie avec 18%

Les jeunes sont de plus en plus motivés pour faire un stage à l’étranger ou encore une carrière là-bas.

Parcourrez l’enquête entière de Deloitte France pour en savoir plus sur la méthodologie et l’échantillon de l’enquête.

 

Article paru à l’origine sur les RH de Noé, un blog de Yupeek
Yupeek

Réagissez !

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Vérification de sécurité * Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.